Marché du carbone: l’Australie recule pour mieux sauter

Le 05 mai 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En échange d’un objectif plus strict de réduction des émissions du pays en 2020, le gouvernement australien a décidé lundi 4 avril de reporter d’un an le fonctionnement de son marché du carbone. Celui-ci aurait dû être lancé le 1er juillet 2010.

Depuis plusieurs mois, les industriels australiens réclamaient des dérogations pour faire face à la crise économique, estimant que le marché du carbone plomberait une éventuelle reprise.

La mesure a immédiatement déclenché l’ire des Verts et de certains sénateurs indépendants, qui ont désapprouvé les concessions faites par le Premier ministre Kevin Rudd (travailliste). La création d’un marché du carbone était l’un de ses principaux arguments de campagne pour les élections fédérales du 24 novembre 2007. Le jour même de son investiture, le 3 décembre de la même année, le Premier ministre avait d’ailleurs ratifié le protocole de Kyoto (1).

Le marché du carbone australien, qui se veut l’un des plus ambitieux au monde mis à part celui de l’Union européenne, sera finalement lancé mi-2011. Pendant un an, le cours de la tonne de carbone devrait être de 10 dollars australiens (5,5 euros), avant d’être fixé par le marché à partir de juillet 2012. L’accès aux quotas gratuits sera plus aisé: 95% des plus gros pollueurs devraient y avoir accès.

En contrepartie de ces concessions, le gouvernement pourrait passer d’un objectif initial de réduction des émissions pour 2020 compris entre 5 et 15% par rapport au niveau de 2000, à un objectif de 25%; en cas d’accord ambitieux à la conférence de Copenhague (Danemark) de décembre prochain.

(1) Dans le JDLE «L’environnement au cœur des élections australiennes»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus