Marché du carbone et forêts ne font pas bon ménage

Le 28 novembre 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tenter d’éviter la déforestation via le marché du carbone pourrait générer de graves conflits sociaux, prévient la fédération internationale des Amis de la terre dans un rapport publié jeudi 27 novembre. En ligne de mire, la Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (Redd), pilier probable du prochain accord international sur le climat, et qui permettra de générer des crédits carbone (1). La déforestation représente 20% des émissions de gaz à effet de serre mondiales.

Intitulé «Les mythes au sujet du Redd», le rapport rappelle que 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts, même si elles n’ont pas de droits fonciers reconnus. Que pèseront-elles face à des entreprises du Nord souhaitant compenser leurs émissions en achetant des morceaux de forêt?

La mise sous cloche des forêts exclurait de fait les peuples autochtones, qui en sont pourtant les meilleurs gardiens: «Ce sont dans les zones où les droits des peuples autochtones ont été reconnus que la déforestation a été stoppée», rappelle l’ONG.

Elle préconise de créer un fonds de lutte international contre la déforestation, alimenté par une taxe carbone sur les transports aériens et maritimes, et destiné aux populations locales.

(1) Voir l’article du JDLE «Après-Kyoto: la carte de la déforestation évitée»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus