Marché de l’eau à Alger

Le 14 mars 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l’occasion de la visite d’une délégation du Medef en Algérie, les 8 et 9 février, le ministre algérien chargé des ressources en eau, Abdelmalek Sellal, a annoncé que la ville d’Alger avait choisi le groupe français Suez pour assurer la gestion déléguée de la distribution et de l'assainissement de l'eau potable de la ville. La Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (Seal) sera ainsi bientôt créée dans le cadre d'un partenariat entre l'Algérienne des eaux (ADE), l'Office national de l'assainissement (Ona) et du groupe Suez. L'ADE et l'Ona contrôleront l'exécution du cahier des charges et mettront leurs personnels à la disposition de Suez. Le ministre chargé des ressources en eau a profité de sa rencontre avec les membres du Medef pour rappeler que seulement 9,5% des 32 millions d'Algériens bénéficiaient actuellement d'un accès à l'eau du robinet 24 heures sur 24. Et près de 60% n’ont de l'eau qu’entre deux et seize heures par jour. Selon M. Sellal, si cette expérience d'un partenariat étranger, inédite dans l'économie algérienne, réussit, elle sera renouvelée dans les autres grandes villes du pays, telles qu'Oran, Constantine et Annaba. Selon les experts de la mission économique algérienne, «des manifestations d'intérêt ont déjà été enregistrées de la part, notamment, de la Saur (Société d'aménagement urbain et rural), troisième société française dans le domaine de l’eau, pour la ville d'Oran.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus