Malgré la crise, les renouvelables se portent bien

Le 13 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Solyndra qui fait faillite, Photowatt en quête d’un repreneur, Vestas qui licencie. A lire les gazettes, on pourrait croire que le secteur des énergies renouvelables (ENR) est en liquidation. Ce n’est pas tout à fait le cas.
 
Même si les entreprises dans certains pays sont en difficulté —notamment en France— l’industrie se porte plutôt bien à l’échelle globale. Selon un décompte réalisé par Bloomberg New Energy Finance, les investissements mondiaux dans les ENR se sont montés, l’an passé, à 260 milliards de dollars (204 milliards d’euros), soit 5% de plus qu’en 2010.
 
L’essentiel de cette croissance est imputable aux énergies solaires, dont le chiffre d’affaires a bondi de 36% en un an, atteignant 136,6 Md$ (107,69 Md€) (contre 75 Md$ pour l’éolien). Il est vrai qu’en Europe et aux Etats-Unis, le prix du module photovoltaïque a chuté de 50% entre 2010 et 2011. Ce qui explique aussi les difficultés rencontrées par les fabricants américains et européens de wafers.
 
L’Europe reste la locomotive mondiale du secteur, en générant 100 Md$ (78,84 Md€) d’investissements (+3%), notamment grâce au développement de ses parcs éoliens offshore. Grâce au plan de relance de l’administration Obama, les Etats-Unis ont consacré 56 Md$ (44,15 Md€) aux ENR, soit 8 Md$ de plus que la Chine. A noter aussi le dynamisme du marché indien: 10 Md$ (7,88 Md€) de chiffre d’affaires, l’année passée, en progression de 52% en un an.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus