Malgré la canicule, la France ne manque pas d’eau

Le 20 août 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
55% des réservoirs affichent un niveau satisfaisant.
55% des réservoirs affichent un niveau satisfaisant.

Les risques de pénurie d’eau qui se profilaient au début de l’année sont bien derrière nous. C’est du moins ce qui ressort du dernier état des nappes d'eau souterraine, publié lundi 20 août par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et l’Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema).

Selon les deux organismes, la moitié des réservoirs (55%) affichent un niveau normal à supérieur à la normale. C’est le cas, notamment, pour une grande partie du quart sud-est et de l’est de la France. «Cette situation, assez favorable en cette période estivale, n’était pas garantie en fin d’une période hivernale 2011/2012 très déficitaire en termes de recharge de nappe. Elle est le résultat des précipitations importantes qui ont marqué le printemps et le début de l'été 2012. Ces précipitations tardives ont participé fortement à la recharge.»

L’amélioration de la situation des nappes par rapport au début du printemps est nette. Pour de nombreuses régions (Lorraine, de la Franche-Comté, du Languedoc-Roussillon, de Poitou-Charentes ou de Provence-Alpes-Côte-d’Azur), les niveaux des nappes sont normaux. Quelques situations déficitaires marquent encore le territoire, dans l'ouest du bassin Parisien et pour certains secteurs du bassin Aquitain.

Les nappes de l’est de la France, des calcaires jurassiques de Lorraine et de la plaine d’Alsace, les aquifères karstiques des régions montpelliéraines et nîmoises et la nappe des calcaires jurassiques du sud de la Vendée présentent des niveaux proches de la normale.

En revanche, les nappes de la craie de Touraine, de la Garonne et de l'ouest du bassin Parisien présentent des niveaux inférieurs à ceux des années précédentes.

L’arrivée (même tardive) de l’été devrait réduire les réserves. «En ce milieu de période estivale 2012, sur l’ensemble du territoire, la tendance d’évolution des nappes est désormais à la baisse pour la grande majorité des nappes (64%). Seule une faible proportion des niveaux reste stable (21%) et une très faible partie est encore tournée à la hausse (15%) à la faveur de précipitations récentes. La tendance généralisée à la baisse des niveaux marque l'ensemble du territoire, ce qui est assez normal pour cette période de l'année. La période de recharge des nappes, très tardive cette année, puisqu’elle s’est manifestée jusqu'en début d'été, semble désormais révolue», concluent les deux organismes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus