Madrid veut que les centrales paient pour leurs déchets

Le 14 janvier 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
nucleaire
nucleaire

Même si les compagnies électriques précisent que rien d'officiel ne leur a été transmis, il semble que les choses soient pourtant scellées depuis l'adoption du nouveau décret sur les tarifs 2005, entré en vigueur au 1er janvier.

Dans le cadre de nouveaux tarifs régulés, la manne destinée à la gestion des déchets radioactifs a été réduite de 74% passant de 116,393 millions d'euros en 2004 à 29,885 millions pour 2005. Parallèlement, le budget annuel de l'entreprise nationale chargée de la gestion des déchets en Espagne (Enresa) a été fixé, pour 2005, à 114 millions d'euros, alors que le régulateur (CNE) avait demandé une allocation de 121 millions. A Madrid, le porte-parole d'Enresa, Jorge Lang-Lenton estime que les experts du ministère de l'Industrie planchent sur une révision totale de la source de financement du fonds de gestion des déchets radioactifs et du combustible usé. Le gouvernement Zapatero réfléchirait à non plus financer ce fonds à partir du tarif universel, sans distinction de l'origine au kilowatt-heure (kWh), mais à partir seulement des kWh issus de la production nucléaire. «Il s'agirait, précise Jorge Lang-Lenton, de n'imputer les coûts qu'à la seule énergie nucléaire.» Du moins, telle est la lecture de ce qui n'est pour le moment, selon lui, qu'une intention des pouvoirs publics.

Dirigé par José Alejandro Pina, l'homologue espagnol de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), Enresa appartient à 80% au Ciemat (Centro de investigaciones energéticas, medioambientales y tecnologicas), les 20% restants étant détenus par l'équivalent espagnol de la Commission des participations et des transferts, la Sepi. L'Espagne est engagée dans un programme de fin de vie de ses centrales nucléaires conduit par l'Enresa, qui depuis 1984 est chargé des activités de démantèlement des centrales et de gestion des déchets. Depuis cette date, le Plan général de gestion des déchets radioactifs en est à sa cinquième édition, et selon le porte-parole d'Enresa, une sixième édition pourrait voir le jour en 2005. A terme, Enresa estime que le démantèlement des neuf réacteurs espagnols produira 200.000 mètres cubes de déchets de faible et moyenne activité et 10.000 mètres cubes usés et de déchets de haute activité. La consommation annuelle s'élève à 1.600 tonnes.



POUR ALLER PLUS LOIN



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus