Macron veut faire du Cese «la chambre du futur»

Le 03 juillet 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Emmanuel Macron a prononcé un discours d'1h30 devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles
Emmanuel Macron a prononcé un discours d'1h30 devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles

Le président Macron a annoncé, ce 3 juillet, une réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese) pour qu’il devienne «l’instance unique de consultation des textes».

 

Le Cese est appelé à devenir «la chambre du futur», selon l’expression utilisée par Emmanuel Macron lors de son discours devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Le nombre de ses membres n’en sera pas moins réduit d’un tiers, tout comme le seront l’Assemblée nationale et le Sénat.

 

Les règles de représentativité du Cese seront entièrement revues, pour qu’il devienne «la grande instance consultative qui fait aujourd’hui défaut à l’Etat». Aujourd’hui, ses 233 membres, issus de la société civile, sont nommés pour 5 ans. Présidé depuis décembre 2015 par l’ancien dirigeant du Medef Patrick Bernasconi, il adopte des avis dont l’un des derniers vise à promouvoir une filière aquacole durable dans l’Hexagone.

 

La réforme du Cese avait déjà été proposée par la Fondation Nicolas Hulot. Dans un communiqué diffusé ce 3 juillet, l’ONG rappelle qu’elle ne doit pas «se résumer à favoriser le dialogue entre société civile et gouvernement». La nouvelle instance doit «bénéficier d’un pouvoir d’initiative spéciale et d’un droit de veto suspensif».

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus