Macron s’engage à porter le Pacte à l’Onu

Le 25 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

En clôture de la présentation du Pacte mondial pour l’environnement, le président Macron a déclaré, le 24 juin, qu’il porterait l’avant-projet devant les Nations unies dès septembre.

 

Malicieusement, c’est Jacques Chirac qu’a choisi de citer Laurent Fabius, en remettant le texte de l’avant-projet à Emmanuel Macron. «En 2002, le président déclarait: le monde brûle mais nous regardons ailleurs. Quinze ans plus tard, nous ne regardons plus ailleurs mais le monde brûle toujours et l’incendie est encore plus ravageur», a lancé l’ancien président de la COP21.

 

«Choisir les règles»

«Il faut choisir les règles de notre avenir plutôt que de subir les règles du dérèglement climatique», lui a répondu le nouveau président. Après avoir rappelé que la France en avait pris conscience avec sa Charte de l’environnement, la loi sur la transition énergétique ou la loi sur la biodiversité, il s’est engagé à «porter le texte sous l’égide de l’Onu, pour qu’il ne soit plus un avant-projet mais un Pacte mondial dès le mois de septembre». Ce qui lui a valu une salve d’applaudissements dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Les juristes internationaux ayant terminé leur travail, ils n’attendaient plus qu’un responsable politique pour reprendre le flambeau.

 

résolution onusienne ?

Emmanuel Macron a relevé le défi, signant sa deuxième intervention politique en faveur de l’environnement depuis son élection à l’Elysée, après sa vive réaction au retrait américain de l’Accord de Paris le 1er juin. Sa nouvelle mission est ambitieuse : ce texte vise à compléter les deux précédents Pactes onusiens, conclus en 1966, sur les droits civils et politiques et sur les droits économiques, sociaux et culturels. Cet avant-projet n’avancera que si l’Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution créant un comité préparatoire. Les négociations officielles ont besoin de cette instance pour pouvoir démarrer officiellement.

 

Large coalition  

Théoriquement, ce dossier peut être inscrit à l’agenda entre septembre 2017 et juin 2018. A condition que la présidence française parvienne à rassembler autour d’elle une large coalition d’Etats membres convaincus du bien-fondé du droit de l’environnement.

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus