Macron annonce une diplomatie un peu plus environnementale

Le 29 août 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Hausse de l’aide au développement, relance de la politique climatique européenne, partenariat dans les technologies vertes avec les grands pays émergents, le président de la République a précisé ses priorités diplomatiques.

L’exercice est récurrent. Chaque année à la rentrée, le président de la République réunit à Paris les ambassadeurs de France. L’occasion pour le chef de l’Etat d’indiquer aux représentants de la France les priorités politiques, économiques, culturelles de l’année qui vient.

Ce mardi 29 août, Emmanuel Macron a sacrifié à la tradition. Devant un parterre prestigieux, le locataire de l’Elysée a indiqué les nouvelles «ambitions de la France dans ce monde tel qu’il va»: sécurité, indépendance, influence.

Ce credo, a-t-il précisé, n’a pas pour «but de faire de la France un petit pays frileux et jaloux de sa tranquillité».

Le retour de la hausse de l’aide

Reprenant une vieille promesse jamais tenue, Emmanuel Macron annonce avoir fixé comme objectif «d’investir 0,55% de notre revenu national pour l’aide publique au développement […] d’ici 2022». C’est un tiers de mieux qu’en 2015. L’Agence française de développement (AFB) sera invitée à renforcer l’action qu’elle mène avec les autres acteurs de l’aide tricolore: collectivités territoriales, entreprises et ONG. Tout ce beau monde sera probablement mis à contribution budgétaire.

L’éducation sera la priorité de l’aide bilatérale, et elle se voit confier une mission sociétale d’ampleur: «Il faut donner une alternative au fondamentalisme et à l’obscurantisme, le rôle des femmes, la lutte contre les dérèglements du climat et l’accès à une énergie décarbonée, l’éradication des pandémies…».

Partenariats scientifiques

Les partenariats scientifiques ne sont pas oubliés. Un nouveau coup de pouce à l’Alliance solaire internationale[1] devrait être prochainement donné, à l’occasion de la visite d’Etat qu’Emmanuel Macron effectuera en Inde à la fin de l’année. Des actions comparables pourraient être menées vis-à-vis de la Chine. «Notre volonté commune [en matière de lutte contre le réchauffement et les pollutions, ndlr], notre capacité d’innovation, nos coopérations scientifiques et économiques peuvent réellement changer le cours des choses.»

Une Europe du climat

En Europe, le chef de l’Etat annonce de prochaines propositions pour renforcer l’union économique et monétaire, approfondir l’Europe de la défense, renforcer la politique migratoire. Mais aussi pour avoir «une véritable Europe du climat et de l’énergie».

Climat: un nouveau sommet de Paris

A propos de climat, l’organisation d’un sommet, avec la Banque mondiale, est confirmée. Il s’agira, le 12 décembre, deux ans après la COP 21, de «faire un point d’étape sur les avancées [de l’Accord de Paris, ndlr] et de mobiliser les financements indispensables».

Côté environnement, Emmanuel Macron annonce des «initiatives» en termes de droit, mais également en faveur de la biodiversité et des nombreux sujets ayant trait au plan Climat, présenté au début de l’été par Nicolas Hulot.

 



[1] dDont s’occupe aussi l’ambassadrice pour les pôles, Ségolène Royal.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus