Lyon remplace en une nuit tous ses vélos en libre-service

Le 19 juillet 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
4.000 vélos ont été installés en sept heures.
4.000 vélos ont été installés en sept heures.
JCDecaux

4.000 nouveaux cycles ont été déployés en 7 heures.

 

Quand Paris pédale dans la choucroute, Lyon vise la tête du peloton. En plein milieu du tour de France, la capitale des Gaules vient de renouveler, sans problème, sa flotte de vélos en libre-service, les fameux Vélo’v.

Dans la nuit de mardi à mercredi 18 juillet, les techniciens de JC Decaux (ancien bénéficiaire du marché du Vélib’ parisien) et de l’agglomération ont déployé 4.000 bicyclettes sur le territoire du Grand Lyon, en 7 heures au lieu des 8 programmées. Des vélos assemblés par l’entreprise stéphanoise Cycles Lapierre. Pas moins de 32 semi-remorques et 40 camions avaient été mobilisés pour l’occasion. Dans les semaines précédentes, 348 bornes des stations existantes ont été transformées afin de répondre aux exigences de la nouvelle génération de Vélo’v.

recyclage assuré

L’industriel indique que le matériel récupéré sera démantelé et reconditionné par les entreprises d’insertion Envie et Emerjean et sera ainsi à 100% réutilisé, sur d’autres marchés VLS ou en pièces détachées, ou valorisé à travers des filières spécialisées

Conçu en aluminium, le vélo a été allégé de 2,3 kilogrammes, équipé d’une roue arrière increvable et d’un dispositif anti-déraillement.

Le contrat liant l’entreprise à la collectivité prévoit le déploiement progressif de 80 stations supplémentaires avec 1.850 points d’accroche, à Lyon, Villeurbanne et sur le territoire de 23 communes de la Métropole ainsi que 1.000 vélos supplémentaires. L’exécution de ce programme débutera l’an prochain pour s’achever en 2020. A cette échéance, le parc de vélos en libre-service de la Métropole de Lyon, avec 5.000 vélos (dont une partie électrique), sera le plus important de France après Paris.

alternatives parisiennes

Ce jeudi 19 juillet, les services de la capitale présentaient la ‘nouvelle’ gamme de services de mobilité partagée appelée à suppléer au Vélib’ défaillant et à l’Autolib’, dont la mort est programmée pour la fin du mois de juillet. En souvenir de ces dispositifs, jadis pionniers, les Parisiens pourront se consoler en utilisant trottinettes et scooters électriques, voitures partagées et vélo en flotte libre. Au dernier recensement, 860 stations Vélib’ de nouvelle génération étaient en fonctionnement à Paris et dans sa proche banlieue, sur les 1.400 promises par l’exploitant, la société Smovengo.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus