Lyon accueille ses premières hydroliennes fluviales

Le 21 décembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Quatre machines de ce type ont été immergées dans le Rhône.
Quatre machines de ce type ont été immergées dans le Rhône.
HydroQuest

HydroQuest inaugure ses premières machines rhodaniennes. D’autres devraient prochainement suivre.

 

Quelques semaines après leur mise à l’eau, les premières hydroliennes fluviales du Rhône ont été inaugurées, ce vendredi 21 décembre, à Caluire-et-Cuire (Rhône). Conçues par l’entreprise grenobloise HydroQuest, exploitées par la lyonnaise Hydrowatt, les 4 machines ont été immergées à la fin du mois d’octobre. Elles ont été par la suite raccordées au réseau de distribution d’électricité, géré par Enedis.

D’une puissance totale de 320 kilowatts (kW), cette première ferme hydrolienne fluviale française devrait injecter 1 gigawattheure (GWh) par an, de quoi assurer l’approvisionnement en électricité de 400 foyers, hors chauffage.

Testés dans la Loire et la Garonne

Les prototypes de ces turbines ont été testés dans la Loire, à Orléans, et dans la Garonne, à Bordeaux, sur le site expérimental estuarien pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes (SEENEOH).

La centrale lyonnaise est amarrée dans une zone non navigable du Rhône, appartenant aux Voies navigables de France.

HydroQuest et Hydrowatt ont investi 1,7 million d’euros, auxquels s’ajoute une subvention de 650.000 €, tirée sur les fonds européens Feder.

Le potentiel hydrolien du Rhône devrait être de nouveau exploité dans les prochains mois. La Compagnie nationale du Rhône (CNR) doit prochainement inaugurer son parc de Génissiat. Toujours conçue par HydroQuest, cette ferme de 39 machines (2 mégawatts -MW- de puissance totale) devrait générer 6.700 GWh/an.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus