Lyon: accord sur les métaux et micro-polluants

Le 25 octobre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Usine_pates_papiers
Usine_pates_papiers

Neuf industriels et le Grand Lyon se sont engagés volontairement à réduire de moitié leurs rejets de métaux et micro-polluants à court terme. Première cible pour les signataires: l'amélioration de la qualité des rejets.

Un accord a été signé le 21 octobre entre 9 sites industriels (Arkema, Rhodia, Total, etc.) et le Grand Lyon, et les autorités, visant à réduire de moitié leurs rejets de métaux et de micro-polluants dans le Rhône d'ici janvier 2007, à l'occasion du 15e anniversaire du Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles et des risques dans l'agglomération lyonnaise (Spiral). «Ces sites, ainsi que les 2 stations d'épuration dont le Grand Lyon est gestionnaire et responsable, représentent 100% des effluents de l'agglomération lyonnaise dans le Rhône. C'est un grand pas qu'ils aient accepté de communiquer leur accord, car cela leur donne une obligation de résultats», se félicite Gérard Berne, secrétaire délégué du Spiral.

Cette initiative s'inscrit dans le Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) de 1996 qui tablait sur une réduction de 50% des apports toxiques dans le Rhône sur 10 ans, avec une échéance à 2007. Les discussions ont été longues, ainsi que l'établissement d'un référentiel, des problèmes analytiques ayant dû être résolus sur la mesure des micropolluants. Finalement, l'accord porte sur 8 métaux et 18 micro-polluants en raison de leur toxicité, de leur quantité et/ou de la difficulté de les éliminer. L'objectif a été décidé de manière globale, selon l'état d'avancement des protagonistes, certains devant faire plus d'efforts que d'autres. «Le côté collectif nous plaisait, car il crée une sorte de solidarité industrielle», assure le secrétaire délégué. Une organisation qui ne permet pas au Spiral de déterminer le coût l'opération.

«Même si on remarque déjà d'importantes avancées, les industriels sont tenus d'améliorer leurs rejets, de traiter leurs effluents en amont et en aval de leur station d'épuration», explique Gérard Berne. Certains vont notamment travailler sur les adaptations de leur station d'épuration en fonction des différentes campagnes de fabrication. Ils doivent déterminer les sources potentielles d'excédent de tel polluant particulier en amont, et mieux examiner les rejets et déchets liquides. Le site de Pierre-Bénite d'Arkema (1), concerné notamment par le cuivre, le dichlorométhane, le chloroforme et le tétrachloroéthylène, fait partie des signataires. «Nous raisonnons en terme de pollution ajoutée. Nous travaillons donc sur la qualité de l'eau en effectuant des prélèvements journaliers en amont et en aval, nous répertorions ces valeurs et dès que nous constatons une dérive, nous agissons», affirme Sylvie Baqué, directrice du site de Pierre-Bénite dont l'activité est la chimie du fluor (2). «En fait, les industriels doivent faire preuve d'une plus grande discipline interne, ce qui fait partie de la qualité d'une entreprise», poursuit Gérard Berne.

La tâche semble encore plus compliquée pour le Grand Lyon, puisqu'il devra agir sur les entreprises qui rejettent des polluants dans le réseau urbain, et les artisans, ou encore sur les installations classées qui ne respectent pas leur arrêté d'autorisation. Des actions ont déjà été menées dans le cadre du contrat d'agglomération 2003-2006 signé avec l'Agence de l'eau et le Spiral, comme «Pressing propre». A noter qu'une partie de l'objectif sera atteinte grâce à la rénovation de l'une des 2 stations d'épuration, qui sera plus performante dans le traitement des polluants. Un bilan d'étape pourrait être dressé courant 2006.

(1) Le groupe a 2 sites engagés dans la démarche: Pierre-Bénite et Saint-Fons.

(2) Le site de Pierre-Bénite investit entre 6 et 10 millions d'euros par an dans l'hygiène, la sécurité et l'environnement. Un département consacré à cette thématique regroupe 40 personnes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus