Lundin: un petit pétrolier se décarbone

Le 27 janvier 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Lundin va notamment électrifier ses plates-formes pétrolières norvégiennes.
Lundin va notamment électrifier ses plates-formes pétrolières norvégiennes.
Lundin

La compagnie suédoise va investir 500 millions de dollars. Un investissement qui n’a pas qu’une vocation climatique.

Et si les menaces de désinvestissement commençaient à produire des effets. On ne compte plus les engagements pris par les compagnies pétrolières pour réduire (un peu) leur bilan carbone.

Equinor se lance dans la production d’énergie éolienne marine. Shell investit lourdement dans les énergies renouvelables et le captage-stockage de CO2 (CSC). L’ENI italienne veut compenser les émissions de ses activités amont (exploration-production d’hydrocarbures) en plantant des forêts. Ces efforts ne viennent pas de nulle part. Ils sont, en partie, le fruit des menaces de désinvestissement proférées par de gros fonds de pension et gestionnaires d’actifs, au premier rang desquels figure le Fonds souverain norvégien.

neutralité carbone en 2030

Coïncidence, la Banque de Norvège (qui gère les actifs du plus gros fonds souverain de la planète) est l’un des principaux actionnaires de Lundin Petroleum. Cet indépendant vient de publier une stratégie de décarbonation ambitieuse. En dix ans, la compagnie suédoise, basée en Suisse, prévoit ni plus ni moins que d’atteindre la neutralité carbone. Mais encore?

D’ici à 2022, la compagnie créée par Adolf Lundin va arrêter ses turbines à gaz offshore. Distantes de quelques dizaines de kilomètres des terres, ses plates-formes pétrolières Edvard Grieg et Sverdrup Phase 2 seront reliées au continent par des câbles électriques ; un travail engagé en 2010. L’électricité sera fournie par des centrales hydroélectrique et éolienne dans lesquelles Lundin a investi.

fiscalité carbone

Les émissions produites par les trajets aériens (notamment les rotations en hélicoptères de ses personnels travaillant en mer) seront compensées par des crédits carbone générés par des forêts. Lundin va notamment financer la plantation de forêts dans le nord de l’Espagne, indique au JDLE son P-DG Alex Schneiter.

Envie de participer à la lutte contre le réchauffement? Il y a de cela dans la démarche de la compagnie. «Nous voulons bien sûr réduire au maximum nos émissions directes», confirme Alex Schneiter.

Pour autant, le climat n’est pas tout. La Norvège est le pays du monde où la taxe carbone est la plus lourde. «Aussi, nous aurons investi 500 millions de dollars pour électrifier nos installations en mer, investir dans la production d’énergies renouvelables et la création de crédits carbone, mais cela nous permettra d’éviter de payer 300 millions de dollars de taxe carbone par an», justifie le pétrolier. Qui a dit que la fiscalité du carbone était inefficace?