Lubrizol : des analyses de lait plutôt rassurantes

Le 14 octobre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le lait semble avoir été épargné par les retombées.
Le lait semble avoir été épargné par les retombées.

 

Les prélèvement de lait étudiés par l’Anses ne montrent pas de dépassement des valeurs réglementaires. Le ministère de l'agriculture demande la levée des mesures de restriction sur le lait et les produits laitiers.

 

Très attendues par les agriculteurs, les analyses de lait de l’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) ont été rendues publiques en fin de journée, lundi 14 octobre.

Dans un communiqué, l’Anses indique avoir examiné les résultats des 130 prélèvements de lait (lait, lait cru, lait entier, mélange de laits de tank, principalement d’origine bovine et pour partie d’origine caprine) réalisés entre le 29 septembre et le 7 octobre.

Les contaminants prioritairement recherchés sont les dioxines-furanes, PCB, HAP et éléments-traces métalliques. «Ces contaminants étant potentiellement présents dans l’environnement, des teneurs maximales réglementaires existent pour les aliments, qui visent à protéger la santé des consommateurs», rappelle l’agence.

un accident moins contaminant

Pour autant, les prélèvements étudiés «ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires (à l’exception d’une valeur atypique et isolée pour le plomb) et leurs valeurs médianes se situent en dessous de 20 % de ces teneurs maximales», indique le communiqué.

Mieux, ils «présentent de valeurs inférieures à celles qui ont pu être mesurées lors de précédentes situations de contaminations atypiques liées à des accidents industriels ou des pollutions chroniques importantes.»

L’Anses souligne toutefois que des éléments d’incertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de l’incendie et recommande des travaux supplémentaires afin de mieux repérer la dispersion des contaminants dans l’environnement et d’identifier d’éventuelles tâches de contamination.

Au vu de ces éléments, la DGAL a demandé aux Préfets des 5 départements concernés (Seine-Maritime, de l’Oise, de la Somme, Nord et Aisne) de modifier les arrêtés préfectoraux et de lever les mesures de restriction en vigueur sur le lait et les produits laitiers, ainsi que sur l’accès des animaux au pâturage.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus