Loup: recours contre l’abattage de deux loups supplémentaires

Le 20 juin 2017 par Marine Jobert
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
2 loups supplémentaires à tirer.
2 loups supplémentaires à tirer.
DR

Deux associations attaquent l’arrêté qui autorise l’abattage supplémentaire de deux loups, en plus des 36 déjà tués depuis le 1er juillet 2016.

France Nature Environnement (FNE) et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) ont saisi le Conseil d'Etat ce 19 juin, afin de remettre en cause l'arrêté du 10 avril 2017 qui porte le plafond maximal de loups autorisés à la destruction de 36 à 38.

 Risque pour la viabilité de l’espèce

Un plafond maximal annuel que les associations estiment «disproportionné: quand l’Etat augmente un plafond qu’il estimait lui-même maximal il y a 8 mois, preuves scientifiques à l’appui, on est en droit de se poser des questions». Elles se fondent notamment sur les conclusions de l’expertise scientifique du Muséum national d’histoire naturelle et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), rendues fin mars 2017, pour considérer que «les choix actuels de gestion représentent un risque pour la viabilité de la population de loups en France». Depuis, le bilan du suivi hivernal a toutefois montré que le loup continue à progresser en France, avec 360 individus, contre 293 en 2015-16.

Aucun bilan des tirs

En outre, elles continuent à exiger de l’Etat qu’il réalise un bilan de l’efficacité de ces destructions, «trop nombreuses, non sélectives et conduites même hors des foyers d’attaque», pour faire baisser les prédations. Et elles préviennent: l’arrêté actuellement en consultation jusqu’au 3 juillet –qui prévoit d’abattre un nombre maximal de 36 à 40 entre juillet 2017 et juin 2018



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus