Londres va bien vendre ses forêts

Le 28 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est un sujet sensible pour le gouvernement Cameron. Après moult discussions, la secrétaire à l’environnement Caroline Spelman a lancé, jeudi 27 janvier, le processus de concertation, précédant la vente des forêts domaniales britanniques.

Les parties prenantes disposent de trois mois pour tenter d’amender un programme de cession de bijoux de famille forestiers, jamais vu depuis plus de 80 ans, indique The Guardian.

Le texte prévoit de céder gratuitement les 80.000 hectares de massifs les plus remarquables (Heritage Woods) à des associations qui devront les gérer tout en les maintenant ouverts aux promeneurs et aux cyclistes.

Des dizaines de milliers d’hectares seront parallèlement vendus, « au prix du marché », aux organisations, aux collectivités locales ou aux associations qui voudront bien les gérer.

Enfin, de très grandes surfaces de « forêts commerciales » seront aussi louées, pour une durée de 150 ans, à des compagnies privées. Au total, le quart des forêts domaniales britanniques pourrait changer de mains dans les années qui viennent.

Londres a fait ses comptes. L’administration Cameron espère bien retirer jusqu’à 250 millions de livres (290 millions d’euros) de ces ventes.

Un projet qui n’est pas du goût de tout le monde. Une pétition en ligne s’opposant à la cession des forêts au secteur privé a déjà recueilli près de 300.000 signatures. John Sauven a aussi pris position. « Le gouvernement doit non seulement garantir le libre accès à toutes nos forêts, mais aussi l’argent nécessaire à leur entretien et à leur protection », estime le directeur exécutif de Greenpeace UK.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus