Londres et Washington s’engagent sur l’éolien flottant

Le 23 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les USA pourraient construire 4 parcs d'éoliennes flottantes.
Les USA pourraient construire 4 parcs d'éoliennes flottantes.

A l’occasion de la prochaine réunion ministérielle internationale sur les énergies propres, qui réunira en fin de semaine à Londres une vingtaine de ministres chargés de l’énergie (dont le Français), une série d’accords devraient être signés. D’ores et déjà, il est acquis que le Royaume-Uni et les Etats-Unis annonceront la conclusion d’un partenariat sur l’éolien flottant.

Le département US à l’énergie (DOE) et le ministère britannique de l’énergie et du changement climatique (Decc) vont unir leurs forces et leurs moyens pour lancer un vaste programme de recherche commun. Objectif: développer, avant 2016, un prototype de turbine flottant de 5 à 7 mégawatts de capacité unitaire. Le Decc consacre déjà 25 millions de livres (30,5 millions d’euros) au projet. Le DOE va injecter 180 millions de dollars (136 M€) dans la réalisation de 4 parcs expérimentaux.

Les industriels français développent aussi des turbines pouvant fonctionner avec des profondeurs d’eau comprises entre 50 et 300 mètres. Mené par Nass&Win, un consortium français prévoit de mettre prochainement à l’eau un prototype d’éolienne flottante. Baptisée Winflo, elle devrait développer une puissance de 2,5 MW.

Plus étonnant est le projet Vertiwind, éolienne flottante à axe vertical. Porté par Alstom, Technip, Converteam, EDF EN, Nénuphar, Seal Engineering, IFP, Oceanide et le bureau Veritas, cette turbine pourrait être testée en Méditerranée dans les mois qui viennent.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus