Londres à la rescousse de ses abeilles

Le 22 juin 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est un travail sans précédent qui commence aujourd’hui 22 juin au Royaume-Uni. Avec la bénédiction des gouvernements britannique et écossais, une demi-douzaine d’équipes universitaires vont tenter de comprendre les mécanismes qui conduisent au déclin dramatique des populations d’abeilles et autres pollinisateurs.

Des insectes, rappelle le ministère britannique de l’environnement, des affaires rurales et de l’alimentation (Defra, selon l’acronyme anglais) dont le travail génère un chiffre d’affaires évalué à 440 millions de livres par an (479 millions d’euros). D’une durée de 5 ans, l’Insect Pollinators Initiative (IPI) devrait coûter une dizaine de millions de livres (12 millions €), entièrement pris en charge par le Biotechnology and Biological Sciences Research Council, le Defra, l’Environment Research Council, le gouvernement écossais et le The Wellcome Trust.

L’une des expériences les plus spectaculaires sera le suivi de deux populations d’abeilles (réparties sur 6 ruches), l’une contaminée par les pesticides, l’autre vierge de toute pollution. Doté d’un code barre individuel, chaque insecte bénéficiera d’un suivi personnel, notamment grâce à un scanner installé à l’entrée des ruches. Régulièrement, les abeilles seront pesées. Et les entomologistes s’intéresseront aussi aux danses des butineuses : un système de communication très efficace qui permet de diffuser dans la colonie un grand nombre de renseignements sur le lieu de provenance de la nourriture, par exemple. Les scientifiques espèrent ainsi mettre en exergue l’impact des pesticides sur le système neurologique des abeilles. Selon certains bilans, les populations des insectes pollinisateurs auraient décru de 20 à 30 % au cours de ces dernières années, outre-Manche.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus