Logo couleur: Carrefour braque les nutritionnistes

Le 15 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le logo prévu par le gouvernement
Le logo prévu par le gouvernement
DR

Fin septembre, Carrefour a dévoilé un système d’étiquetage nutritionnel de type couleur, qu’il prévoit de mettre en place avant la fin de l’année sur ses produits de marque. Bonne intention? Pas tant que ça, selon des nutritionnistes et spécialistes de santé publique signataires d’une tribune dans le Journal international de médecine (JIM.fr).

«L’engagement d’un grand opérateur économique dans une démarche de transparence sur les aliments serait louable s’il répondait à une démarche de santé publique en cohérence avec la dynamique actuellement proposée par le ministère de la santé», reconnaissent d’emblée les 84 signataires.

Or ce n’est pas le cas, ajoutent les spécialistes, dont la lettre laisse percevoir quelques soupçons envers les réelles intentions de Carrefour. D’autant que le gouvernement prévoit de mettre en place un logo officiel. Celui-ci, qui recourt également à un code couleur, se présente sous forme de pastilles de vert à rouge, permettant de comparer la qualité nutritionnelle de produits concurrents.

Bizarrement, Carrefour a oublié la catégorie «rouge» dans le logo destiné à ses propres produits. «Aucun argument ne justifie ce retrait, au contraire les travaux épidémiologiques et d’économie expérimentale soulignent l’intérêt et l’absence de culpabilisation de la pastille rouge sur un logo coloriel (utilisé ou préconisé dans d’autres pays européens)», jugent les médecins.

Confusion pour le consommateur

Autre grief: des mentions de type «prescriptif», comme «à consommer X fois par jour», présentent «un facteur de confusion majeur pour les consommateurs». Selon la tribune, «les seuils, la forme et les messages ont été fixés sans aucune validation scientifique concertée par des experts indépendants et des consommateurs», ce qui «illustre les risques de cacophonie en l’absence d’une législation dans ce domaine».

Outre le retrait du projet de Carrefour, les signataires demandent, dans une lettre ouverte à la ministre de la santé, de graver l’étiquetage couleur dans le marbre, aussi bien dans le programme national Nutrition Santé 4 (PNNS4), qui devrait débuter en 2016, que dans la stratégie nationale de santé lancée en septembre 2013 et dans le projet de loi de santé, présenté ce mercredi 15 octobre en conseil des ministres.

Le chemin qui s’ouvre au logo français ne s’annonce pas des plus tranquilles. Au Royaume-Uni, un étiquetage similaire, mais uniquement sur une base volontaire, a récemment fait l’objet d’une mise en demeure de la Commission européenne, selon laquelle il entrave la libre circulation des biens. Soutenue par l’industrie agroalimentaire, la procédure pourrait aller jusqu’à la Cour de justice de l’Union européenne (voir le JDSA).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus