Linky: les maires de France veulent être rassurés

Le 29 mars 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le compteur Linky, refusé par 55 communes en France.
Le compteur Linky, refusé par 55 communes en France.

Le président de l’Association des maires de France demande que le gouvernement communique sur les contours et les détails du projet Linky et en assume officiellement le déploiement au plan local. Une soixantaine de maires en ont refusé l’installation sur le territoire de leur commune.

Le président de l’Association des maires de France (AMF) a pris la plume pour interpeller le Premier ministre sur un sujet qui fait de plus en plus débat parmi les édiles: la pose des compteurs Linky. «Ce déploiement, qui relève d'une décision du gouvernement, d'un vote du Parlement et d'un processus encadré par la Commission de régulation de l'énergie (CRE), soulève des inquiétudes en plusieurs point du territoire, constate François Baroin. Les maires sont ainsi sollicités par des habitants inquiets des répercussions sur leur santé que ces nouveaux compteurs pourraient éventuellement occasionner. (…) Certains maires ont ainsi décidé de prendre des délibérations ou des arrêtés visant à refuser la pose des compteurs sur leur territoire.» Le maire de Troyes considère que les maires «sont en difficulté faute d’information» et demande des éclaircissements à l’Etat quant aux «limites de leur capacité à agir».

Autorités organisatrices

Sentant monter le malaise, l’AMF avait relayé en février dernier une étude commandée au cabinet d’avocats Ravetto associés, par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies, relative au déploiement des compteurs Linky, «sous l’angle de l’étendue des droits, obligations et responsabilités impartis aux autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité». Loin d’encourager les communes à mener la fronde contre le ‘compteur intelligent’, les juristes attiraient tout de même l’attention des autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité (c’est-à-dire les entités auxquelles les communes ont transféré la compétence de gestion de leur réseau d’énergie). Ils les appelaient à «veiller au strict respect de leur mission de contrôle en s’assurant notamment auprès d’ErDF que les compteurs Linky respectent les prescriptions techniques et normes sécuritaires, en sollicitant les justificatifs et en invitant le gestionnaire du réseau de distribution à effectuer les vérifications jugées nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes, le cas échéant». Quelques jours plus tard, les communes concernées par le déploiement de Linky recevaient un courrier d’ErDF pour les encourager à accepter le compteur.

Fronde d’informés

Cela ne semble pas avoir convaincu tout le monde sur le terrain. Une petite soixantaine de mairies ont pris des délibérations pour refuser Linky (et son cousin Gazpar pour le gaz) sur leur territoire, recense le site tenu par Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire. L’ancien salarié du réseau Sortir du nucléaire estime que le courrier de François Baroin «présente de façon réductrice et erronée les raisons de cette fronde. (…) Le refus des compteurs communicants est, au contraire, l'aboutissement de réflexions sereines et éclairées. M. Baroin réduit la problématique à la seule question de la santé, qui est certes très importante mais ne doit pas cacher les risques pour la vie privée, la négation de la démocratie locale, l'instrumentalisation des communes au profit de sociétés commerciales, sans oublier le désastre environnemental qui consiste à se débarrasser de plus de 80 millions de compteurs actuels (35 M d'électricité, 35 M d'eau, 11 M de gaz) en parfait état de marche.»

 

Trois ans après la décision de son déploiement au plan national, François Baroin demande à ce que l’Etat «communique largement sur les contours et les détails du projet Linky et assume officiellement son déploiement localement».

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus