Linky: l’afficheur déporté encore reporté, l’UFC-Que choisir attaque

Le 29 janvier 2019 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
50% des compteurs sont hors des maisons.
50% des compteurs sont hors des maisons.

Pour obliger l’Etat à publier les textes nécessaires à leur déploiement dans les 5,6 millions de foyers en précarité énergétique, l’association de consommateurs attaque l’Etat en justice.

Le boîtier canari tout frais installé, vous pensiez piloter finement votre consommation d’électricité grâce à Linky? Grave erreur! Car tout ‘intelligent’ qu’il soit annoncé, ce compteur est aussi abscons que son prédécesseur pour traduire en monnaie sonnante et trébuchante le prix que coûte réellement l’électricité consommée. C’est pour secouer tout cela que l’association UFC-Que choisir vient de déposer un recours devant le Conseil d’Etat, afin de voir sanctionnée la non-fourniture par l’Etat du dispositif technique permettant la consultation en temps réel de l’évolution de sa facture.

Afficheur déporté

De quoi s’agit-il? Dans le chapitre de son rapport annuel qu’elle avait consacré en février 2018 à Linky –fort opportunément titré «Tirer pour les consommateurs tous les bénéfices d’un investissement coûteux»la Cour des comptes avait reproché le manque d’intérêt de l’opération pour le consommateur (mais très profitable pour l’opérateur Enedis). Son attention s’était notamment portée sur l’afficheur déporté. Soit un appareil, distinct du compteur mais relié à lui par liaison radio, qui permet l’affichage en temps réel des données de consommation. «L’afficheur déporté présente deux avantages par rapport au compteur», décrivait la Cour des comptes. D’abord, permettre la lecture de données plus complètes que celles affichées sur le compteur lui-même, en particulier parce que ces informations seraient aussi présentées en euros. Ensuite, être plus facile d’accès que les compteurs, souvent situés dans des endroits peu accessibles (50% sont situés à l’extérieur des logements).

Déjà un an de retard

Problème: les ménages les plus précaires, censés en être dotés depuis le 1er janvier 2018, n’ont rien vu arriver. Un premier report d’un an a été annoncé par le gouvernement, qui tarde depuis à prendre des arrêtés «indispensables pour couvrir les coûts des fournisseurs le distribuant». Ce sont ces décrets que l’association de consommateurs entend contraindre l’Etat à prendre, alors que 5,6 millions de foyers en précarité énergétique sont concernés. «Les tarifs de l’énergie font partie des préoccupations principales des consommateurs et vu le contexte, le gouvernement aurait tout intérêt à prendre toutes les mesures pour soulager le pouvoir d’achat», estime Cédric Musso, le directeur de l’action politique de l’UFC-Que choisir.

Une sur-marge de 500 M€

Au passage, UFC-Que choisir espère bien que François de Rugy fasse siennes les critiques de la Cour des comptes sur les bénéfices importants qu’Enedis devrait empocher en cas de déploiement dans les temps du réseau Linky. «Les consommateurs refusent en effet de payer la sur-marge de 500 millions d’euros dénoncée par la Cour des comptes, et de financer un compteur qui, faute d’information pertinente pour une meilleure maîtrise de la consommation, reste toujours et encore, avant tout au service du distributeur et des fournisseurs», conclut l’association.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus