Ligne THT Cotentin-Maine: la justice rejette les recours de Vitré

Le 08 juin 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La ligne THT Cotentin-Maine
La ligne THT Cotentin-Maine

Le tribunal administratif de Rennes a rejeté les recours en référé de la ville de Vitré, dirigée par l'ex-ministre Pierre Méhaignerie (UMP), pour obtenir l'annulation d'un permis de construire de la ligne à très haute tension (THT) du futur réacteur EPR de Flamanville (Manche).

Dans son ordonnance du 7 juin, le juge a estimé que la mise en service de la ligne électrique Cotentin-Maine présentait dans son ensemble un intérêt public certain qui justifie qu'il y ait urgence à l'exécuter. Il a également rejeté de supposés risques sur la ressource en eau résultant de l'exposition de celle-ci aux ondes électromagnétiques.

La procédure menée par le maire de Vitré ainsi que plusieurs particuliers et associations visait à dénoncer un excès de pouvoir de la préfecture d'Ille-et-Vilaine, qui avait délivré le permis de construire. Elle concernait notamment un pylône situé dans un périmètre de captage des eaux qui alimente la ville de Vitré.

Le pylône incriminé, portant le numéro 547, est situé à cheval sur un drain de captage des eaux, dans la forêt du Pertre. Relayant les craintes d'associations de défense de l'environnement, Pierre Méhaignerie avait évoqué dans la presse les risques que cette installation peut faire peser sur la qualité des eaux, en raison des champs électromagnétiques qu'elle induira.

Mi-mars, l'Agence régionale de santé de Bretagne avait émis un avis défavorable concernant ce tracé, avant de se raviser 8 jours plus tard.

Destinée au raccordement du réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), la THT Cotentin-Maine, qui traverse également l'Ille-et-Vilaine, le Calvados et la Mayenne, sur 160 kilomètres, est contestée par les écologistes ainsi que par des riverains et plusieurs collectivités locales traversées.

Quatre communes de la Manche ont déjà introduit des recours devant le tribunal administratif de Caen. Et le Conseil d'Etat doit se prononcer dans 6 autres procédures, dont une déposée par le maire de Vitré.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus