LIFE: 227,7 millions d’euros, la France à la traîne

Le 04 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une plante capable de capter le cuivre.
Une plante capable de capter le cuivre.
DR

Sur les 144 projets retenus par l’Union européenne, seuls 6 ont été présentés par la France. Une maigre moisson. Passage en revue des lauréats.

La Commission a dévoilé les 144 projets qui seront financés dans le cadre du programme LIFE, en faveur de l'environnement et de l'action pour le climat. 222,7 M€ vont être distribués «en vue de soutenir la transition de l'Europe vers un avenir plus durable et sobre en carbone»; un budget qui sera complété ultérieurement pour atteindre un total de 398,6 M€. «Les projets financés par le programme LIFE utilisent relativement peu de ressources et, avec des idées simples, créent des entreprises vertes et rentables qui contribuent à assurer la transition vers une économie circulaire et sobre en carbone», s’est félicité Karmenu Vella, le commissaire européen chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche. Parmi les projets, on trouve de nouveaux camions-poubelles à technologie hydrogène/électrique en Belgique, des technologies novatrices permettant de réduire les risques sanitaires liés aux boues des eaux usées en Italie, ainsi qu'un projet visant à aider des municipalités grecques, comme Olympie, à augmenter leur taux de recyclage.

L’Espagne, championne

Parmi les 23 Etats membres dont les dossiers ont été retenus, la France joue une nouvelle fois petits bras: seuls 6 projets ont été sélectionnés, pour un montant de 15,2 M€. Soit loin derrière l’Espagne et ses 38 projets (69,4 M€), l’Italie et ses 37 projets (81,6 M€) ou la Grande-Bretagne, dont les 5 projets mobilisent 38,5 M€.

Capter les métaux dans le sol

LIFE Croaa, porté par la Société herpétologique de France, vise à identifier une stratégie pour lutter contre les amphibiens exotiques envahissants, en particulier le Xénope lisse et la Grenouille taureau, notamment présents en Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Centre et Limousin. LIFE - Agromine (Université de Lorraine) ambitionne de valoriser la biomasse de plantes dotées de capacités hyperaccumulatrices et plantées sur des sols naturellement minéralisés, ou des terrains abandonnés par l’exploitation minière. Une démarche de réhabilitation de territoires dévastés, «qui ouvre de nouvelles perspectives dans la production et le recyclage de métaux stratégiques», soulignent les porteurs du projet. LIFE FarBioTY tentera de réduire l’empreinte environnementale de l’industrie des transports, quand LIFE ForeccasT, porté par le parc naturel régional du Haut Languedoc, vise à concilier au mieux gestion forestière et changement climatique. Solid LIFE (avec le centre de recherche de Lafarge) s’appuie sur la fabrication d’un ciment moins émetteur en CO2, dont la recette serait communiquée aux concurrents. Biohec-LIFE (porté par Gecco) porte sur le recyclage des huiles alimentaires en carburant dans les Hauts-de-France.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus