Lettre ouverte pour améliorer la filière DEEE

Le 23 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les statistiques sur le traitement des DEEE doivent être précisées
Les statistiques sur le traitement des DEEE doivent être précisées

Deux syndicats professionnels ont profité du colloque Filières et recyclage, organisé par l’Ademe ces 23 et 24 octobre, pour demander une évolution de la filière des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), au regard de la nouvelle directive 2012/19/UE, publiée le 24 juillet au Journal officiel de l’UE (voir JDLE).

Dans une lettre ouverte, diffusée ce 23 octobre, le Syndicat professionnel pour le recyclage et l’élimination des déchets dangereux (Sypred) et le Syndicat de l’industrie des technologies de l’information (Sfib) rappellent les nouveaux objectifs visant les producteurs de DEEE. A partir de 2016, le taux de collecte doit ainsi s’élever à 45%, déchets professionnels compris (par rapport à la moyenne du poids des équipements mis sur le marché au cours des trois années précédentes). Trois ans plus tard, la directive vise, au choix, 65% de collecte (par rapport au poids des équipements neufs mis sur le marché dans l’année) ou 85% (par rapport au poids des déchets produits).

Ces professionnels estiment que la nouvelle réglementation soulève 5 problèmes. Tout d’abord, le poids des équipements tend à s’alléger, en raison d’une miniaturisation croissante des technologies, ce qui ne facilite pas l’atteinte des nouveaux objectifs. Ensuite, les mises sur le marché peuvent varier fortement dans un contexte de crise, tout comme la durée de vie des équipements et les modèles économiques (leasing, réemploi) peuvent inciter à changer de pratique et à jeter moins… Surtout, les consommateurs sont enclins à conserver ou à revendre leurs équipements toujours opérationnels au bout de trois ans, plutôt qu’à les destiner à la benne.

Cette lettre appelle donc à «la création d’un groupe de travail entre producteurs, recycleurs, éco-organismes et détenteurs professionnels, pour repenser et affiner le principe de cette REP». Outre la tendance accrue au réemploi, les deux syndicats estiment qu’une autre donnée a été oubliée du dispositif, à savoir le recours de certaines entreprises à leur propre système de collecte et de traitement, en dehors des éco-organismes. Selon eux, ces flux échappent actuellement aux statistiques de DEEE traités, «alors que cette dernière pratique pourrait s’accroître dans le futur, du fait de l’intérêt économique grandissant de certaines matières recyclées par les industriels».

La transposition de la nouvelle directive européenne pourrait être l’occasion de remettre à plat la filière DEEE sur d’autres points, soulevés en mars dernier par le rapport que le gouvernement a remis au Parlement sur l’évolution des REP. Il préconisait notamment de développer le dispositif de reprise «un pour zéro» pour les DEEE des ménages et de mener une réflexion sur la fiabilité des registres chiffrés (voir JDLE).

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus