Les zones humides soumises à une forte densité touristique

Le 17 mars 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le service de l’observation et des statistiques (SOeS, ex-Ifen) du Commissariat général au développement durable a publié un nouveau rapport sur les zones humides en France. Cette fiche indicateur fait le point sur les capacités d’accueil et la densité touristique des communes situées en zones humides. Bilan: en 2008, cette densité est beaucoup plus élevée sur les façades maritimes que la moyenne nationale, avec la densité la plus forte sur le littoral méditerranéen (8 fois supérieure à la moyenne métropolitaine). Le nombre d’emplacements de camping, notamment, a augmenté de 25% entre 1999 et 2008 pour l’ensemble des zones humides d’importance majeure.

L’objectif de l’étude est de pallier le manque de données nationales sur la fréquentation réelle des zones humides, pour apporter des indications sur la pression touristique. Celle-ci peut en effet être responsable de dysfonctionnements hydrologiques et d’une dégradation du milieu, à cause des activités en elles-mêmes (piétinement, pollution, etc.) ou des aménagements liés (remblaiement de terrain, urbanisation, etc.).

L’étude a porté sur 3.482 communes soit 58.388 kilomètres carrés, dont la superficie de zone humide représente au moins 5% de la superficie totale.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus