Les vrais coûts de l’énergie en Europe

Le 13 octobre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En Europe, l'émission d'une tonne de CO2 coûte 43 euros.
En Europe, l'émission d'une tonne de CO2 coûte 43 euros.
Carbon Visuals

En 2012, les 28 ont consacré 122 milliards à soutenir la production et la consommation d'énergie.

Institutions internationales et ONG ne cessent de dénoncer le poids des subventions publiques à l’énergie. En 2011, l’Agence internationale de l’énergie et l’OCDE avaient estimé à plus de 400 milliards de dollars (302,2 milliards d'euros) le montant des aides étatiques à la consommation mondiale de carburants et de combustibles fossiles. Un chiffre qui n’a cessé de progresser.

Coïncidence, au moment où le président du Comité français pour la fiscalité énergétique rend son tablier, faute d’écoute gouvernementale, la Commission européenne publie son évaluation des coûts, directs et indirects, de l’énergie.

13 Md€ de manque à gagner carbonique

Pour 2012, l’étude estime à plus de 122 Md€ le montant total des aides publiques à la production et à la consommation d’énergie dans l’Union européenne. Ce soutien prend, bien sûr, des formes diverses: tarifs d’achat (33,6 Md€), aides fiscales (22,6 Md€), subventions à l’amélioration de l’efficacité énergétique (6,5 Md€), aides à la gestion des déchets nucléaires (4,3 Md€). Le rapport évalue aussi les aides indirectes. L’allocation gratuite de quotas d’émission de gaz à effet de serre représente ainsi un manque à gagner de plus de 13 Md€/an pour les trésors publics.

Allemagne et renouvelables

Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Avec 25 Md€ par an, l’Allemagne est la championne incontestée du soutien à ses entreprises de l’énergie. Loin devant le Royaume-Uni (13 Md€), l’Italie et l’Espagne (10,4 Md€) ou la France (7,2 Md€).

Pesant quelque 41 Md€/an, les aides directes aux renouvelables se taillent la part du lion. Par comparaison, les énergies fossiles ne bénéficient (hors allocation gratuite de quotas d’émission de GES) que d’un coup de pouce annuel de 15 Md€: deux fois plus que l’énergie nucléaire (7 Md€) !

Coûts externes

Les consultants d’Ecofys ont aussi évalué les coûts externes de la production et de la consommation d’énergie. Un exercice périlleux car il s’agit d’additionner les coûts d’une possible catastrophe nucléaire (18 € le mégawattheure nucléaire) à ceux du réchauffement (43,3 € par tonne de CO2 émise), de la diminution des stocks de produits fossiles, de l’eutrophisation des lacs ou de la santé humaine. Pas simple. Quoi qu’il en soit, le coût annuel des impacts de la production et de la demande d’énergie flirte avec les 200 milliards, dont 50% sont liés au changement climatique.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus