Les villes zéro plastique essaiment au Royaume-Uni

Le 19 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La station balnéaire de Penzance a ouvert la voie en décembre dernier
La station balnéaire de Penzance a ouvert la voie en décembre dernier

Outre-Manche, 330 villes postulent pour obtenir le label de ville ‘plastic free’. Un sésame obtenu en décembre dernier par la petite station balnéaire de Penzance.

 

Des sels de bain vendus dans des pochettes en papier, des mugs de café et des emballages alimentaires en amidon de maïs, des tasses à thé réutilisables, l’interdiction des pailles en plastique dans de nombreux bars… Située à la pointe des Cornouailles, la ville balnéaire de Penzance devance et dépasse les objectifs de la directive ‘Plastique’, actuellement en débat dans l’Union européenne. Cette station est en effet devenue officiellement ‘plastic free’ (‘sans plastique’) en décembre dernier. Six mois plus tard, la plupart des 20.000 habitants ont entendu parler de la campagne, selon le quotidien britannique The Guardian, et des dizaines de commerces ont surtout banni au moins trois objets à usage unique.

 

Cahier des charges

Ce label ‘sans plastique’ a été créé par l’association britannique Surfers agains sewage (SAS), spécialisée dans la protection de la vie marine. Objectif: mettre sur pied un réseau de 125 villes zéro plastique d’ici 2020. Pour en faire partie, une municipalité doit répondre à 5 critères développés dans un cahier des charges. Elle doit notamment s’engager à changer ses pratiques et soutenir la campagne en faveur du ‘plastic free’, encourager les entreprises à abandonner les produits en plastique à usage unique, sensibiliser les jeunes à travers le système éducatif, organiser des événements pour réduire les plastiques comme des nettoyages de plages, et créer un comité de suivi de la politique ‘zéro plastique’. Hormis Penzance, 29 villes –le plus souvent côtières– ont obtenu le sésame, tandis que 330 autres ont candidaté.

 

Le choc des tempêtes

Outre-Manche, la prise de conscience des dommages imputables aux plastiques a beaucoup progressé depuis les fortes tempêtes de l’hiver 2014, qui ont rapporté de nombreux débris sur les plages du sud-ouest de l’Angleterre. «Il y avait de tout, des bouteilles, des agitateurs de boisson, des couvercles de tasse à café, des rasoirs et des brosses à dents en plastique», témoigne dans le Guardian Rachel Yates, ancienne nettoyeuse bénévole de plage. Organisée l’an dernier par the Marine Conservation Society sur 300 plages du Royaume-Uni, la dernière opération de ce genre a révélé en moyenne 718 débris en plastique tous les 100 mètres de littoral. Shocking!



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus