Les villes ne profitent pas du marché carbone

Le 20 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les villes émettent 70% du CO2
Les villes émettent 70% du CO2

Les villes émettent beaucoup de CO2. En fait 70% des émissions totales. Mais elles profitent très peu des financements offerts par les marchés du carbone, indique l’étude «Villes et marché du carbone», publiée mardi 19 avril. En mars 2010, seuls 4% des projets de Mécanisme de développement propre et de Mise en œuvre conjointe provenaient des collectivités urbaines.

Les villes sont au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique: «La guerre contre le réchauffement climatique se gagnera dans les villes», assure Pierre Ducret, président de CDC Climat, filiale de la Caisse des dépôts dédiée à la lutte contre le changement climatique.

Abritant 50% de la population mondiale, les villes produisent plus de 70% des émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie, et l'enjeu est de trouver des financements pour les «décarboner» via des transports propres ou la rénovation des bâtiments, poursuit-il, lors de la présentation faite à Paris de cette étude.

«Les marchés du carbone peuvent grandement faciliter la mise en place de projets urbains d'atténuation viables», mais «la faiblesse de l'activité relative aux zones urbaines sur ces marchés semble indiquer que ce potentiel n'est pas exploité», indique le rapport.

Selon le document de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et du CDC Climat, en mars 2010, seuls 4% des projets de Mécanisme de développement propre (MDP) et de Mise en œuvre conjointe (MOC) provenaient des collectivités urbaines. Ces deux dispositifs de compensation prévus par le protocole de Kyotop ont représenté 5,2 milliards d’euros en 2008. Les projets d’atténuation représentaient, quant à eux, 463 millions de tonnes de réductions d’émission.

Ces dispositifs permettent aux pays industrialisés de s'affranchir d'une partie de leurs obligations de réduction de gaz à effets de serre (GES) sur leur territoire, en finançant dans un pays en développement des projets énergétiques économes en CO2 (MDP) ou en finançant ce type de projets au sein même des pays industrialisés (MOC). Sur les 2.062 projets MDP enregistrés, 5 étaient des projets urbains de valorisation énergétique des gaz de décharge, 2 concernaient les transports urbains et 4 étaient associés à l’efficacité énergétique des bâtiments, à l’éclairage et à la distribution d’énergie. «La part de projets urbains semble plus importante dans le cas de la MOC (30 projets urbains sur un total de 84 projets) que pour le MDP», constate le document.

L'étude de l'OCDE s'est intéressée à 10 cas de MDP et de MOC dans des villes des 5 continents, comme, par exemple, un projet de valorisation des gaz de décharge à Christchurch en Nouvelle-Zélande, un programme d’activités pour l’installation de chauffe-eau solaires à Hô-Chi-Minh Ville au Vietnam, un projet de cogénération de chaleur et d’électricité à Timisoara en Roumanie, ou encore un projet de transport rapide par bus à Bogota.

Parmi les explications mises en avant par l'étude pour expliquer ce très faible recours des villes à ces dispositifs figurent «le peu d'autonomie dont les autorités urbaines disposent dans bien des cas pour réglementer directement les émissions de GES, la question étant considérée comme une priorité nationale et non infranationale», ou encore «l'insuffisance des capacités institutionnelles, en termes de ressources humaines et connaissances techniques par exemple, de bon nombre de municipalités».

Pour améliorer les performances des villes, le rapport suggère de «s’appuyer sur la capacité des villes à gérer les émissions en procédant dans les prochaines décennies à des investissements moins polluants dans le domaine des infrastructures, des transports, de la gestion des ressources en eau et des déchets». Une évolution qui ne sera rendue possible que si les gouvernements nationaux reconnaissent le rôle des villes dans le développement d’inventaires des émissions locales de GES, compatibles avec les inventaires nationaux.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus