Les végétariens moins enclins à l’infarctus

Le 06 février 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des bienfaits du régime végétarien...
Des bienfaits du régime végétarien...

Les végétariens ont moins de risques d’infarctus et d’autres maladies cardiovasculaires, probablement en raison d’un meilleur profil de cholestérol, révèle une étude britannique publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition.

Selon un communiqué de l’université d’Oxford à l’origine de ces travaux, il s’agit de la plus grande étude jamais menée au Royaume-Uni à comparer le risque cardiovasculaire des végétariens et de ceux qui ne le sont pas. Dans un pays acquis au végétarisme, ces résultats ont de quoi conforter ce choix alimentaire.

Menée sur près de 45.000 participants britanniques de la cohorte européenne EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition), dont environ un tiers de végétariens, cette étude montre que ceux-ci ont 32% moins de risques de maladies ischémiques [1], dont l’infarctus du myocarde. Et ce alors que les chercheurs avaient intégré à leurs calculs plusieurs facteurs de risque, dont l’âge, le tabagisme, l’alcool, l’activité physique et l’indice de masse corporelle (IMC).

Au final, les végétariens ont 4,6% de risque d’endurer une maladie ischémique entre l’âge de 50 et 70 ans, contre 6,8% des personnes qui ne le sont pas. Une différence que les chercheurs expliquent par un taux plus élevé de HDL-cholestérol (ou «bon cholestérol») et une pression artérielle plus basse.

Outre de meilleurs apports en lipides poly-insaturés, ce phénomène pourrait en partie s’expliquer par le type de protéines auxquelles recourent les végétariens. Publiée dans l’European Journal of Clinical Nutrition, une autre étude montre que la prise de protéines de soja, sous forme de complément alimentaire, abaisse le taux de sélectine-E, un marqueur de dysfonctionnement endothélial -processus de dégradation des vaisseaux sanguins, qui précède l’infarctus.

[1] L'ischémie se définit par la diminution ou l'interruption de l'irrigation sanguine d'un organe ou d’un tissu.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus