Les trois incinérateurs parisiens mis à l’arrêt par la CGT

Le 24 janvier 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'incinérateur Ivry Paris XIII à l'arrêt
L'incinérateur Ivry Paris XIII à l'arrêt
Syctom

Les trois usines d’incinération parisiennes ont été arrêtées, le 23 janvier au soir, par la CGT Energie.

Démarrée jeudi soir, la mise à l’arrêt simultanée des 6 fours[1] des incinérateurs d’Ivry-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux et Saint-Ouen a duré entre 6 et 10 heures. Une action décidée le 21 janvier par la fédération nationale Mines et Energie de la CGT, en opposition à la réforme des retraites, qui devrait durer jusqu’à lundi 27 au soir. En réalité, davantage puisqu’il faut environ 20h pour redémarrer les installations. La poursuite ou non de l’action sera décidée dans la journée du 27 janvier.

5.000 tonnes de déchets par jour

L’agence métropolitaine des déchets ménagers (ex-Syctom), en charge de l’exploitation des sites, a affirmé que les déchets collectés (OMR) allaient être stockés dans les fosses puis transférées sur le site de stockage de Romainville. A raison de 5.000 tonnes de déchets par jour, ils devraient ensuite «être envoyés vers des sites d’enfouissement», «la pire des solutions environnementales», a affirmé le Syctom à France Bleu. Une mauvaise nouvelle au plan économique aussi puisque ce traitement exceptionnel devra être payé aux exploitants.

Réseau de chaleur urbain

Autre conséquence: l’approvisionnement en chaleur du réseau de la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) va être stoppé pendant quatre jours. «Le Syctom fournit 45% de la chaleur annuelle livrée par la CPCU, ce qui représente environ 225.000 équivalents logement. Pendant l’arrêt, nous sommes tout à fait en capacité de produire de la chaleur, mais ce n’est pas l’idéal puisque ce n’est plus de l’énergie de récupération», précise au JDLE la CPCU. Le réseau parisien dispose de 8 sites de production, alimentés par du gaz, du biogaz, des biocombustibles liquides, du bois, des reliquats de charbon, de la petite géothermie et de la biomasse.

 

[1] Le 7ème four est en maintenance