Les transports toujours ennemis de l'environnement

Le 21 octobre 2004 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
embouteillages
embouteillages

L'Agence européenne pour l'environnement constate l'échec d'une partie de la politique environnementale de l'Europe en matière de transport. Grâce aux directives, les émissions de polluants diminuent, mais le nombre de véhicules est en croissance constante.

Entre 1990 et 2001, le volume des transports de passagers a augmenté de 20% et celui du fret de 30%. Dans un rapport sur les 10 problèmes environnementaux à résoudre en matière de transport, publié le 19 octobre, l'Agence européenne de l'environnement (AEE), évalue la politique européenne en matière de transport. L'objectif principal de la politique commune lors de la dernière décennie portait sur le découplage entre croissance économique (PIB) et augmentation des transports (en passagers-kilomètres ou en tonnes-kilomètres). Le transport de passagers a connu une croissance moindre que celle du PIB. En revanche, la politique européenne a échoué en matière de fret. Son augmentation est directement corrélée à celle du PIB. Pourtant, certains pays montrent qu'une politique de découplage est possible. Ainsi les Danois et les Irlandais ont une intensité de transport (quantité de marchandises transportées rapportée au PIB) de deux tiers inférieure à la moyenne des 15 premiers membres de l'Union européenne. Ils ont réussi à diminuer les embouteillages, la consommation d'énergie et les émissions de polluants tout en améliorant l'accès aux services.

L'incitation à l'utilisation de la télématique (systèmes de navigation, signalisation du nombre de places de parkings, titres de transport électronique) a permis une meilleure gestion du trafic. Télématique qu'il ne faut pas confondre avec les technologies de l'information et de la communication (Tic) contre lesquelles l'EAA met en garde: «Elles peuvent permettre de moins utiliser les transports, mais ce potentiel ne doit pas être surestimé.» Les achats en ligne économisent le transport des consommateurs, mais ces derniers sont remplacés par le transport de livraison. Finalement, regrette l'EEA dans son rapport, la réduction de 35% à 24% de la quantité de polluants dans l'air (plomb, composés organiques volatils, dioxyde de soufre) est occultée par l'accroissement de la consommation d'énergie liée essentiellement à la route. Les transports exercent toujours une pression croissante sur l'environnement.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus