Les Terriens se nourrissent toujours plus mal

Le 26 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La malbouffe s'empare des pays du Sud
La malbouffe s'empare des pays du Sud
DR

Cancer, diabète, maladies cardiovasculaires… en 2020, les maladies chroniques devraient faire 44 millions de morts par an dans le monde, soit 15% de plus qu’en 2010, pas seulement du fait de l’augmentaton de la population. Rien d’étonnant: au niveau mondial, la qualité nutritionnelle de l’alimentation ne cesse de baisser, selon une étude publiée dans la revue Lancet Global Health.

Regroupant 325 enquêtes menées dans 187 pays, l’étude de l’équipe de Dariush Mozaffarian, épidémiologiste à la Harvard School of Public Health de Boston (Massachusetts), est la plus importante à avoir étudié la qualité de l’alimentation au niveau mondial. Elle révèle que la situation se dégrade globalement partout, à l’exception de quelques pays industrialisés.

Les chercheurs ont classé les aliments en deux groupes, l’un jugé bon pour la santé (fruits, légumes, poisson, graines et fruits à coque, fibres, etc.), l’autre mauvais (viandes rouge et transformée, boissons sucrées, graisses saturées et trans, sel, etc.). Pour chacun, ils ont élaboré un score de 0 à 100, valeur correspondant à la meilleure alimentation possible.

La malbouffe progresse au Sud

Bilan: entre 1990 et 2010, la consommation d’aliments sains est en hausse partout dans le monde, sauf dans quelques pays sud-américains et africains. Mais la malbouffe progresse également partout. Seuls les Etats-Unis, le Canada, l’Europe de l’Ouest, l’Australie et la Nouvelle-Zélande connaissent une légère amélioration, avec un peu moins d’aliments peu sains consommés depuis 1990.

Ceux-ci sont en hausse dans les pays pauvres, mais ils enregistrent leur plus forte progression dans les pays à revenu intermédiaire. En revanche, c’est aussi dans ces pays que les aliments sains ont connu la hausse la plus marquée. Pour les uns comme pour les autres, c’est l’effet malbouffe qui l’emporte au final sur celui des bons nutriments.

Malgré ces évolutions peu favorables, plusieurs pays à faible revenu, dont le Tchad et le Mali, jouissent d’une bonne qualité nutritionnelle, ainsi que plusieurs pays méditerranéens, comme la Turquie, affirment les chercheurs. Parmi ceux qui s’en sortent le moins bien, on compte plusieurs pays d’Europe centrale (République tchèque, Hongrie) et de l’ex-URSS.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus