Les Tasmaniens choisissent la pêche raisonnée

Le 28 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Depuis des décennies, des agriculteurs préfèrent protéger leurs plantes en lâchant des prédateurs des ravageurs des cultures plutôt que de pulvériser des phytosanitaires. On appelle cela «l’agriculture raisonnée».
 
Les pêcheurs de Tasmanie ont adapté le concept à leur problème: un oursin à longues épines.
 
En pleine expansion, l’équinoderme a la fâcheuse habitude de brouter les racines du varech local, faisant disparaître des nurseries de poissons.
 
Pour lutter contre le brouteur d’algue, Caleb Gardner, de l’Institute of Marine and Antarctic Studies, suggère de laisser prospérer les populations locales de homards, grands amateurs d’oursins.
 
Une vision plus ou moins partagée par le ministère des pêches. Lequel vient de publier un plan décennal de gestion des homards qui prévoit notamment de réduire de 28% le nombre de prises de crustacés décapodes.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus