Les symptômes respiratoires liés à la fièvre des fondeurs

Le 26 septembre 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des chercheurs canadiens, de l'université de McGill et de l'hôpital du Sacré-Cœur, ont montré que la fièvre des fondeurs augmente le risque de développer des symptômes respiratoires.

Provoquée par l'inhalation de fumées d'oxydes de métaux, la fièvre des fondeurs est une maladie professionnelle aiguë de courte durée, caractérisée par une gorge sèche et douloureuse, de la toux, de la dyspnée (perception anormale d'une gêne de la respiration), de la fièvre, des douleurs musculaires, des maux de tête et un goût métallique dans la bouche. Dans une étude parue dans Occupational and environmental medicine, les universitaires canadiens ont évalué les symptômes respiratoires de 286 apprentis fondeurs pendant une période de 15 mois grâce à un questionnaire, des test cutanés sur les allergènes et les sels métalliques, la spirométrie et un test de provocation à la méthacholine (1). Au moins un des multiples symptômes de la fièvre des fondeurs a été relevé dans 39,2% des cas. Ceux-ci avaient 4,92 fois plus de risque d'avoir des symptômes respiratoires (toux, respiration difficile, resserrement des voies respiratoires) que les autres apprentis. Et les apprentis dont on a considéré qu'ils souffraient de la fièvre des fondeurs et qui n'avaient pas de symptômes respiratoires à la première visite, avaient 7,4 fois plus de risque d'en avoir au cours de la deuxième visite.



(1) Le test de méthacholine permet de tester les personnes souffrant de maladies pulmonaires ou d'asthme, car elles réagissent à des doses plus faibles de méthacholine que les personnes qui ont des poumons sains.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus