Les stations d’épuration n’épargnent pas le climat

Le 03 novembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les stations d'épuration représentent 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre
Les stations d'épuration représentent 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre

Les stations d’épuration des eaux usées émettraient jusqu’à 23% de plus de gaz à effet de serre que prévu, selon une étude publiée le 2 novembre dans la revue Environmental Science & Technology.

 

Ces travaux ont permis de préciser l’importance des émissions de GES issues de stations d’épuration. Alors que le Giec[1] s’était focalisé sur les émissions de méthane et de protoxyde d’azote provenant de la décomposition des déchets, comme le prévoit sa méthodologie, l’équipe de chercheurs américains et australiens s’est intéressée au carbone fossile provenant des produits nettoyants utilisés dans les douches, les machines à laver ou les sites industriels. Résultat: ces émissions représentent environ 2 kg équivalent CO2 par mètre cube d’effluent. Ce qui augmente de 13 à 23% les émissions totales d’une station d’épuration.

 

Une variété d’émissions selon les installations

 

Le Giec évaluait toutes les stations d’épuration sur le même modèle. L’étude a également montré qu’il existait de grandes différences d’émission selon les installations. «Des travaux supplémentaires doivent être conduits pour les préciser davantage», a déclaré Linda Tseng, professeur de sciences de l’environnement à l’université Colgate (New York) et auteure principale de ces travaux.

Une station d’épuration installée dans une fabrique de papier n’émettra quasiment pas de dioxyde de carbone issu de combustibles fossiles, contrairement à une station de traitement appartenant à une raffinerie de pétrole, montrent les chercheurs[2].

Au total, les stations d’épuration émettent environ 3% des émissions mondiales de GES, soit autant que le transport aérien. Ces émissions pourraient être réduites en capturant, par exemple, le carbone d’origine fossile et en le convertissant en nouvelle source d’énergie, en méthanisant les boues par exemple.

 



[1] Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

[2] Les chercheurs ont étudié trois stations d’épuration: une en Australie, une dans une usine pétrochimique en Californie et la dernière dans une fabrique de papier au Canada.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus