Les serpents européens menacés par un champignon

Le 23 juin 2017 par Romain Loury
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Couleuvre à collier
Couleuvre à collier

Jusqu’alors détectée uniquement à l’est des Etats-Unis, une maladie liée à un champignon a été retrouvée chez des serpents européens, révèle une étude publiée dans la revue Scientific Reports.

Causée par le champignon Ophidiomyces ophiodiicola, la «maladie fongique du serpent», qui touche une trentaine d’espèces nord-américaines, n’avait jusqu’alors été observée en Europe que chez des animaux en captivité. Si elle est souvent sans gravité, cette maladie a parfois entraîné des chutes de populations aux Etats-Unis, où elle a pour la première fois été décrite en 2008.

Or une étude menée sur 33 cadavres de serpents britanniques et 306 mues (305 au Royaume-Uni et une tchèque) révèle que le champignon est bien présent sur le sol européen. Lydia Franklinos, de l’Institut de zoologie de Londres, et ses collègues l’ont découvert sur 8,6% des échantillons –dont la mue prélevée en République tchèque.

Une souche différente

Si les lésions cutanées liées au champignon étaient légères dans la plupart des cas, elles ont été jugées très sévères pour certains d’entre eux, au point d’avoir probablement causé la mort de ces animaux. Selon l’analyse génétique du pathogène, celui-ci est d’une souche différente de son homologue nord-américain, ce qui suggère qu’il pourrait avoir être présent en Europe bien avant 2010.

Cette nouvelle maladie fongique n’est pas sans évoquer celles qui frappent actuellement les amphibiens européens, liées aux deux champignons Batrachochytrium dendrobatidis et Batrachochytrium salamandrivorans. Ce dernier, qui ne s’en prend qu’aux salamandres, pourrait même entraîner leur éradication à l’échelle du continent, craignent les experts.

Au-delà de ces maladies, la situation des animaux à sang froid n’est pas au beau fixe, du fait de l’urbanisation, de l’agriculture et de l’assèchement des zones humides. En France, neuf des 38 espèces de reptiles et 8 des 35 espèces d’amphibiens sont menacées d’extinction, qu’elles soient «en danger» ou «vulnérables».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus