Les salades d’hiver contaminées par les pesticides

Le 01 septembre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Entre décembre 2005 et février 2006, la Direction générale de la concurrence, de la consommation, et de la répression des fraudes (DGCCRF) a enquêté sur la présence de résidus de pesticides et de brome dans les salades d'hiver. La campagne a été lancée en Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Paca après que les contrôles des dernières années ont montré qu'environ 20% des prélèvements de salades d'hiver renfermaient des taux résiduels de pesticides et de brome supérieurs aux tolérances admises.

L'enquête a conduit à des résultats similaires: sur les 188 prélèvements, effectués tout au long de la filière, 20% ont été déclarés «non conformes», «à suivre» ou «non satisfaisants». Mais selon un communiqué du 21 août de la DGCCRF, «ces résultats cachent toutefois de grandes disparités entre les départements. A eux seuls, les Bouches-du-Rhône, l'Hérault, le Vaucluse et le Lot-et-Garonne ont enregistré le tiers des résultats «non conformes» ou «à suivre» et, pour l'essentiel, les salades provenaient des régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc Roussillon.»

Principalement en cause: les dithiocarbamates, folpel et procymidone, qui ont essentiellement contaminé les feuilles de chêne, les batavias et les laitues. 17 procès-verbaux et 15 rappels de réglementation ont été établis.

Ces résultats montrent que les salades d'hiver restent l'aliment le plus exposé aux produits phytosanitaires. En effet, un autre programme de la DGCCRF conduit en 2004 avait montré que seuls 4% des échantillons de fruits, légumes, céréales et produits transformés dépassaient les limites maximales de résidus de pesticides.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus