Les risques climatiques encore mal perçus par l’entreprise et la banque

Le 27 septembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pour Mark Carney, entreprises et banques ne prennent pas assez en compte les risques climatiques.
Pour Mark Carney, entreprises et banques ne prennent pas assez en compte les risques climatiques.
DR

 

Un nombre croissant de multinationales intègre la dimension climatique dans leur stratégie. Paradoxe: les banques ne sont pas les meilleures élèves.


Les grandes entreprises sont de plus en plus enclines à intégrer la problématique climatique dans leur stratégie, indique la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), dans un rapport publié le 26 septembre.

Initiée en 2015 par le Conseil de stabilité financière, cette initiative milite pour que les entreprises cartographient les risques que leur posent ou leur poseront les conséquences des changements climatiques: contraintes carbone étouffant brutalement un secteur, multiplication des événements climatiques extrêmes. Dans l’idéal, cette cartographie doit être rendue publique pour informer investisseurs potentiels et actionnaires.

100.000 milliards d'actifs

Dans son dernier recensement, la TCFD estime à 457 grandes entreprises et 56 institutions internationales le nombre à soutenir ces grands principes de la finance climat. Dans le lot: 287 investisseurs gérant près de 100.000 milliards de dollars d’actifs.

C’est encore peu, mais cela progresse vite. Lors de la première édition du One Planet Summit, en décembre dernier, les bonnes pratiques de la TCFD ne comptaient alors que 237 supporters.

Paradoxalement, les banques britanniques ne montrent pas l’exemple. Selon un rapport de la Banque d’Angleterre, publié le 26 septembre, seuls 10% des établissements audités considèrent le risque climatique comme une donnée stratégique. «Cela engage le conseil d’administration. Cela signifie aussi que les risques climatiques à court et long termes sont considérés et que des actions sont menées pour les réduire.»

risque de réputation

Pour 60% des banques made in UK, le climat est l’un des nombreux risques à prendre en considération. Sans plus. Enfin, le tiers des banques ne l’envisagent que comme un facteur pouvant éventuellement ternir une réputation.

Très insatisfaisant pour Mark Carney. Dans un communiqué, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, également à l’origine de la TCFD, estime que les risques financiers encourus par les banques, aussi graves soient-ils, «se situent au-delà de leur horizon». Un horizon situé à 4 ans pour 9 banques sur 10.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus