Les Républicains ne croient pas en la science

Le 15 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est probablement un score historique. Selon un recensement, réalisé par ThinkProgress, la quasi totalité des candidats républicains aux élections sénatoriales du mois de novembre ne croient pas en la réalité du changement climatique. Seuls le représentant de l’Illinois Mark Kirk et le candidat au siège de New York, Joe DioGuardi, continuent d’affirmer publiquement que le changement climatique existe et que son origine est anthropique.

 

Plus étonnant, John McCain, l’ancien candidat à la présidence, semble revoir son discours, jadis relativement proche de celui du président Obama. Aujourd’hui, l’ancien pilote avoue ne pas savoir si le changement climatique est naturel ou provoqué. De plus, il s’oppose bec et ongle à tout projet de réglementation visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Candidate en Californie, Carly Fiorina a, elle aussi, tourné casaque. En 2008, l’ancienne patronne de Hewlett Packard plaidait pour la mise en place d’un marché de quotas d’émissions de CO 2. En ayant contribué à organiser, en novembre, un referendum en Californie, elle pourrait tuer dans l’œuf la Western ClimateInitiative , le futur marché du carbone de l’ouest américain.

 

Tout aussi inquiétant : la plupart des candidats républicains ont signé des pétitions opposées à toute régulation économique des émissions de carbone. Le 19 mai dernier, l’Académie des sciences américaine, constatant les premières conséquences du changement climatique, appelait la nation américaine à réduire considérablement ses rejets de gaz à effet de serre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus