Les reptiles européens souffrent des pesticides

Le 13 septembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'émyde lépreuse
L'émyde lépreuse

Un tiers des espèces européennes de reptiles sont menacées par une surexposition aux pesticides, révèle une étude allemande publiée dans la revue Environmental Pollution. Parmi les plus vulnérables, les lézards ainsi que deux tortues à risque d’extinction, la tortue grecque et l’émyde lépreuse.

La situation des reptiles européens n’est guère brillante: selon la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 18% des espèces européennes sont en sursis, à un degré plus ou moins marqué. En France, on compte ainsi 9 espèces menacées sur les 38 présentes en métropole, parmi lesquelles 40% voient leurs effectifs décliner.

Outre l’urbanisation, les routes, les espèces invasives et l’assèchement des zones humides, la pollution chimiqueconstitue un danger pour la survie des serpents et autres lézards. Dans une étude menée sur 102 des 141 espèces vivant dans l’Union européenne, l’équipe de Norman Wagner, de l’université de Trêves (Allemagne), révèle qu’un tiers d’entre ellessont ainsi surexposées aux pesticides.

Les chercheurs ont déterminé l’exposition et la vulnérabilité de ces diverses espèces selon plusieurs critères: présence fréquente ou non dans des zones agricoles traitées aux pesticides, taille moyenne (plus une espèce est petite, plus elle accumulera de pesticides par absorption orale ou cutanée), fréquence annuelle de reproduction.

Menace sur la tortue grecque

Parmi les espèces les plus exposées, deux sont classées «vulnérables» dans la Liste rouge: la tortue grecque (Testudo graeca) et l’émyde lépreuse (Mauremys leprosa), espèce aquatique vivant dans la péninsule ibérique. En revanche, les espèces encore plus menacées, celles «en danger» ou «en danger critique» d’extinction, sont peu exposées aux pesticides. Et pour cause: elles sont souvent réduites à de petites populations isolées, bien loin des champs agricoles.

Dans l’ensemble, les lézards, du fait de leursmoindres taille et fréquence de ponte, sont plus menacés par les pesticides que les serpents. Avec quelques exceptions notables: les serpents de l’ordre des vipéridéssont en effet plus sensibles que plusieurs ordres de lézards, dont les anguidés, les gekkonidés, les lacertidés et les scinques.

C’est dans le sud de l’Europe que les reptiles sont les plus exposés aux pesticides. Rien d’étonnant à cela: outre le fait que les pays méditerranéens comptent plus d’espèces, ils ont aussi plus recours aux produits phytosanitaires, en raison d’une plus grande surface agricole et de cultures plus gourmandes de pesticides, dont la vigne.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus