Les renouvelables vont de mal en pis

Le 14 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En un trimestre, le chiffre d'affaires "renouvelable" français a chuté de 40%.
En un trimestre, le chiffre d'affaires "renouvelable" français a chuté de 40%.
DR

Il n’y a pas qu’en France où les énergies renouvelables sont à la peine. La crise frappant les énergies «vertes» semble être générale, à en croire une étude publiée ce lundi 14 octobre par Bloomberg New Energy Finance (BNEF).

Selon le consultant spécialisé dans les questions énergétiques, les investissements internationaux, pour le troisième trimestre, dans les parcs éoliens, les centrales photovoltaïques ou les chaudières à biomasse se sont élevés à 45,9 milliards de dollars (36,5 milliards d’euros), en baisse de 14% par rapport au trimestre précédent et de 20% par rapport à la même période de 2012.

Tous les grands marchés connaissent de forts reculs, jusqu’à -40% sur un trimestre, comme c’est le cas aux Etats-Unis ou en France. La crise frappe aussi la Chine (-6%), l’Allemagne (-5%, mais il s’agit aussi du plus mauvais trimestre observé depuis 2004), l’Espagne. Le Brésil, le Canada et l’Italie affichent de petites hausses d’activité. Seul le Royaume-Uni sauve l’honneur : 2,6 Md$ (1,9 Md€}, en hausse de 62% en un trimestre.

Plusieurs raisons possibles à cette chute du chiffre d’affaires: la crise économique, la réduction des aides publiques (en Allemagne, en Espagne, en France). Mais aussi la chute des prix du photovoltaïque. Ce qui explique que l’on pourrait battre des records de mise en service de capacité PV, cette année, (on vise les 36.700 mégawatts crête de capacités nouvelles pour 2013), pour un investissement moindre qu’en 2012.

Pour BNEF, il ne fait guère de doute, toutefois, que le chiffre d’affaires mondial de l’activité devrait diminuer, pour la seconde année consécutive. Il s’était élevé à 281 Md$ (206,7 Md€}, en 2012.

Seule trouée de ciel bleu: une possible relance des subventions en Allemagne. Selon Les Echos, le gouvernement Merkel pourrait annoncer, le 15 octobre, une hausse de 18% de la taxe payée par les consommateurs allemands pour financer l'Energiewende.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus