Les renouvelables ont réduit les émissions de CO2 européennes

Le 04 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Agrocarburants et photovoltaïque ont contribué à réduire le bilan carbone communautaire.
Agrocarburants et photovoltaïque ont contribué à réduire le bilan carbone communautaire.
VLDT

Les anti-éoliens le rabâchent à chaque recours : les énergies renouvelables ne contribuent pas à l’allègement du bilan carbone. Et bien si ! Et cela commence même à devenir significatif au niveau européen, révèle une étude de l’agence européenne de l’environnement (AEE).

La révolution est décidément bien en marche en Europe. Chaque année depuis 8 ans, indique un rapport de l’agence européenne de l’environnement (AEE) mis en ligne lundi 3 avril, éoliennes, panneaux solaires et chaudières à biomasse représentent l’essentiel des nouvelles capacités de production d’électricité, en Europe. En 2015, 77% des centrales électriques nouvellement raccordées au réseau du Vieux monde utilisaient les énergies renouvelables.

16,7% d’énergie verte

Avec les conséquences que l’on imagine. En 2015, 16,7% de l’énergie consommée par les 28 membres de l’Union européenne étaient d’origine renouvelable, soit 1,7 point de mieux en deux ans.

L’électricité est, de loin, le vecteur énergétique le plus vert: 28% en 2014. A comparer aux 18% de chaleur et de froid et aux 6% de carburants pour automobiles. Paradoxalement, c’est ce dernier secteur qui est le plus dynamique. Entre 2005 et 2014, rappelle l’AEE, l’utilisation des agrocarburants a progressé, en moyenne, de 18% par an, contre 7%/an pour le développement de l’électricité renouvelable et 3% l’an pour la chaleur et le froid.

-17% d’émission

Le déploiement des renouvelables a aussi contribué à réduire de 11% notre demande annuelle d’énergies fossiles entre 2005 et 2014. Avec d'importants gains en émissions de CO2 à la clé. Durant cette décennie, les émissions de gaz à effet de serre communautaires ont chuté de 17%. Selon l’AEE, les deux tiers de ces gains sont directement imputables aux énergies vertes.

En 2015, 436 millions de tonnes de CO2 ont ainsi été épargnées à l’atmosphère. Environ 60% de ce carbone évité sont à créditer au bilan de l’éolien (terrestre et marin), 18% à celui du photovoltaïque, 12% à la biomasse et 9% au biogaz.

Parmi les pays où les renouvelables s’avèrent les plus profitables au climat: l’Allemagne (110 MtCO2 évitées en 2014),  l’Italie (47 Mt), le Royaume-Uni (39 Mt), l’Espagne (37 Mt). Avec avoir épargné 24 Mt de gaz carbonique, la France n’arrive pas bien loin derrière.