Les rejets de Lactalis dans l’Isère vont enfin être traités

Le 16 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pendant des années, la laiterie a refusé d'épurer ses rejets industriels
Pendant des années, la laiterie a refusé d'épurer ses rejets industriels

La mise en place d’une station d’épuration à la laiterie de Saint-Just de Claix (Isère) du groupe Lactalis va être surveillée de près par le ministère de la transition écologique, selon la secrétaire d’Etat Brune Poirson.

 

Le groupe Lactalis n’a plus le choix. La fromagerie ‘L’étoile du Vercors’, rachetée fin 2011, va bel et bien devoir traiter ses effluents avant de les rejeter dans l’Isère. Interrogée par Elodie Jacquier Laforge (Isère, Mouvement démocrate), Brune Poirson a précisé que la laiterie allait s’équiper d’une station d’épuration «sous l’autorité du ministère de la transition écologique». L’élue locale a rappelé que l’industriel déversait chaque jour l’équivalent des rejets d’une ville de 10.000 habitants sans aucune épuration. «Cette situation n’est pas conforme à la législation et est préjudiciable. Notre ministère s’assurera du suivi des travaux et nous nous rendrons sur place si nécessaire pour constater nous-mêmes les travaux et faire le suivi», a répondu la secrétaire d’Etat.

Long bras de fer

Le traitement de ces rejets industriels fait l’objet d’un long bras de fer entre la laiterie et le maire de la commune, Joël O’Baton, qui milite pour le raccordement de l’usine au réseau local. «Ce scandale environnemental dure depuis 17 ans», déplore l’édile de cette commune de 1.200 habitants. Le groupe Lactalis refuse en effet de se brancher au réseau d’assainissement public qui arrive pourtant devant l’usine. Au lieu de cela, le numéro mondial du lait a préféré, jusque-là, rejeté ses eaux usées, ses résidus de lait et ses produits de nettoyage et de désinfection directement dans l’Isère. Avant de confirmer, le 2 novembre, sa volonté de construire sa propre station d’épuration sur son site.

«Le maire de Saint-Just sait très bien qu’il ne s’agit pas uniquement de raccorder simplement la sortie des effluents mais qu’il est nécessaire de construire un bassin de prétraitement pour lequel il devra nous délivrer un permis de construire. Il refuse pourtant de délivrer aujourd’hui un permis pour une station autonome sur le site», déclare le groupe Lactalis dans un communiqué.

Précédent en Ille-et-Vilaine

Les craintes de l’élu local ne sont pas injustifiées. Le géant laitier a en effet été épinglé par la justice, cet été, pour avoir déversé du lactose brut dans la Seiche, une rivière d’Ille-et-Vilaine. Cette pollution, qui s’est étendue sur 8 kilomètres et a provoqué la mort de milliers de poissons, était due à la saturation de sa station d’épuration. Des inquiétudes partagées par la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) qui a porté plainte, en mars dernier, contre les rejets de Lactalis dans l'Isère pour non respect d'un arrêté de mise en demeure, et infraction à la réglementation sur les déchets et à la loi sur l'eau.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus