Les Régions veulent sensibiliser à l'environnement

Le 11 janvier 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Cette semaine, notre enquête sur la politique environnementale des conseils régionaux aborde le thème de la sensibilisation à l'environnement. Un sujet qui prend de l'importance au moment où les Régions renforcent leur effort de communication.

Aucun texte de loi ne leur demande, et pourtant beaucoup de Conseils régionaux présentent la sensibilisation et l'éducation à l'environnement comme prioritaires. Plusieurs raisons à cela. D'abord, c'est le domaine de l'environnement lui-même qui fait partie des dossiers importants des conseils régionaux. D'une part, ils ont de plus en plus de responsabilités, dont la gestion des parcs naturels régionaux, l'élaboration du schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) ou du plan régional d'élimination des déchets industriels spéciaux (Predis). D'autre part, les Verts qui font généralement partie des exécutifs locaux poussent à une meilleure intégration des problématiques environnementales dans la politique des Régions. Or «l'adhésion du public aux actions en faveur de l'environnement et du développement durable dépend d'une bonne sensibilisation et médiation dans ce domaine», souligne Roland Daverdon, vice président de Champagne Ardenne, en charge du développement durable, de l'environnement, de l'agriculture et de la forêt. Dernière explication, toujours selon l'élu de Champagne-Ardenne: «L'arrêt de certaines aides nationales (emplois jeunes, subvention de fonctionnement aux associations) font que les Régions sont de plus en plus sollicitées.»

Leur rôle consiste avant tout à financer des projets de sensibilisation. Pour cela, l'ensemble des conseils dépense en moyenne 11 millions d'euros par an pour l'éducation, la formation et l'information, soit 2,40% de leur budget environnemental (1). Les actions ciblent le grand public, les professionnels mais surtout les lycéens dont les locaux sont à la charge des Régions . L'occasion pour elles de faire d'une pierre deux coups, à l'instar de la Lorraine qui a développé «Bidon futé». L'opération qui sensibilise les lycéens à la gestion des déchets toxiques en quantité limitée permet d'améliorer la collecte des déchets dangereux dont les conseils régionaux partagent une partie des responsabilités administratives. Dans le cas de l'éducation à l'environnement, l'action des conseils régionaux s'avère d'autant plus importante qu'il s'agit d'un sujet qui reste peu abordé par le programme scolaire.

La Lorraine a clairement choisi de communiquer sur les déchets, avec d'autres opérations comme «Côté piles» qui porte sur la collecte des piles et accumulateurs, ou «La nature bien dans ses meubles» qui traite des déchets dangereux produits par les professionnels du bois et de l'ameublement. Pourtant, la nature reste le sujet phare de la sensibilisation à l'environnement. Ainsi, l'Alsace participe au financement d'une vingtaine de lieux d'accueil et d'animation pour mettre en valeur son patrimoine naturel. Comme l'explique Catie Naude, chargée de l'éducation à l'environnement de l'Agence régionale pour l'environnement (Arpe) de Midi-Pyrénées, «beaucoup de projets demeurent à vocation naturaliste, mais progressivement, la notion de développement durable prend racine.» Avec la mise en avant des sujets phare du moment: le changement climatique et les énergies renouvelables.



(1) Source: Institut français de l'environnement. Il s'agit de la moyenne annuelle entre 1996 et 2002.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus