Les régions, un soutien capital des PNR

Le 07 décembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
flamancopie
flamancopie

L’un des budgets importants des régions, comme l’a déjà souligné notre rédaction dans le cadre de notre «dossier régions», est consacré aux parcs naturels régionaux (PNR). Elles en disposent quasiment toutes et les financent souvent abondamment. Pour cause: elles sont obligatoirement à l’origine de leur création. Seule Poitou-Charentes n’en a pas depuis la perte du label du Marais poitevin.

Une grande partie du budget des régions est consacrée aux parcs naturels régionaux (PNR), ce poste peut même être le premier des dépenses environnementales. Pourtant dans de nombreux conseils régionaux, il ne dépend pas de la direction environnement, mais de l'aménagement du territoire pour l'Alsace, de la direction tourisme, patrimoine et espaces naturels pour l'Aquitaine, ou de la direction des territoires pour le Nord-Pas-de-Calais. Les conseils régionaux sont fortement liés aux PNR puisque, selon le décret du 24 octobre 1975, ils doivent proposer la création de ces parcs à l'Etat et ce, même si l'initiative en revient à une volonté d'acteurs locaux. Ils doivent piloter le dossier et élaborer la charte du parc, établie pour 10 ans, avec les autres collectivités territoriales. Mais le classement du territoire en parc reste la décision de l'Etat après avis du Conseil national de la protection de la nature et de la Fédération des parcs naturels régionaux de France (FPNRF).

Il n'existe pas de règle en matière de financement octroyé par la région, qu'il s'agisse du fonctionnement ou des investissements, ce sont les chartes qui déterminent le budget de fonctionnement accordé par les régions. Ainsi, par exemple, la Haute-Normandie verse chaque année 38,5% de fonctionnement du PNR des Boucles de la Seine-Normandie, le seul de la région, selon la Charte du Parc 2001-2011. Le programme d'investissements est voté annuellement. Ainsi en 2004, le conseil régional a déboursé plus de 86.000 euros et en 2005, le montant prévisionnel est de plus de 88.000 euros. Les régions participent à hauteur de 30% en moyenne au budget de fonctionnement selon la FPNRF. Les 44 PNR français reçoivent 80 millions chaque année pour leur fonctionnement, soit un budget moyen de 2,1 millions d'euros par parc (1). Il existe toutefois des différences notables: les 4 PNR d'Ile-de-France ont bénéficié cette année de 3 millions d'euros d'investissements et de 2,6 millions d'euros de fonctionnement, alors que les 3 PNR du Nord-Pas-de-Calais ont reçu plus de 7 millions d'euros.

A la FPNRF, on rappelle tout de même que ces différences doivent être considérées au regard des superficies variables des parcs, de leur date de création ainsi que des stratégies des régions et des partenaires locaux. Alors qu'une région peut s'appuyer sur ses PNR pour développer l'éducation à l'environnement, d'autres vont mettre davantage l'accent sur les activités touristiques. La région Basse-Normandie revoit actuellement sa politique des PNR et assure dans un premier temps, depuis cette année, un meilleur suivi technique des projets en analysant les dossiers action par action. De plus, elle étudie la possibilité d'établir la contractualisation par des contrats de parcs afin d'élaborer un programme d'actions sur 3 ans. Elle a décidé d'ajouter 135.000 euros de crédits de fonctionnement supplémentaires pour que ses 3 PNR puissent mener dans de bonnes conditions la révision de leur charte, lesquelles arrivent à échéance en 2006 pour Normandie-Maine et en 2008 pour les 2 autres.

Les parcs ne sont pas pour autant figés. Ainsi en Auvergne, une réflexion est en cours pour ouvrir un nouveau parc et en Bretagne des projets devraient permettre la création du parc marin d'Iroise et d'un PNR dans le Golfe du Morbihan. En Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), des études sont lancées pour 4 parcs: Baronnies, Préalpes d'Azur, Mont-Ventoux- Montagne de Lure et Alpilles, le projet le plus avancé qui pourrait voir le jour en 2006, puisque la charte a été élaborée et que l'enquête publique sera lancée le 21 décembre 2005. La région Poitou-Charentes travaille à récupérer le classement du Marais poitevin, qu'elle a perdu en 1996, seul territoire à n'avoir pu conserver ce label suite à la révision de sa charte. En tout, ce sont une dizaine de projets actuellement en cours d'élaboration sans certitude d'aboutir.



(1) Outre les 30% provenant de la région, 20% viennent des autres collectivités locales (départements et communes), 6% de l'Etat, 32% des subventions par programme et de crédits européens, 7% des recettes propres des PNR et 1% d'autres ressources.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus