Les régions s’opposent aux gaz de schiste

Le 17 février 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Dans un communiqué publié ce jeudi 17 février, les membres de l’Association des régions de France (ARF) annoncent avoir adopté une position commune dans laquelle ils expriment «leur vive opposition à l’exploitation des pétroles non conventionnels impliquant des techniques d’extraction extrêmement dommageables pour l’environnement».

 

Apprenant que de nombreux permis d’exploration ont été délivrés sur leur territoire par le ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, les présidents des Régions Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes, Paca et Languedoc-Roussillon ont récemment saisi la ministre Nathalie Kosciusko Morizet pour demander leur annulation. L’ensemble des Régions expriment leur soutien à cette démarche.

 

L’ARF regrette notamment l’absence totale d’information aux élus locaux lors de l’octroi de ces permis d’exploration, qui portent sur des surfaces de plusieurs milliers de kilomètres carrés, parfois situées dans des zones protégées comme les parcs naturels régionaux.

 

S’appuyant sur des études scientifiques françaises et canadiennes, l’ARF relève que «les eaux usées et sur-salées résultant de l’exploitation des gaz de schiste s’apparentent à des déchets dangereux». Or depuis 2002, les Régions ont la charge de planifier la gestion de ce type de déchets.

 

Les Régions dénoncent par ailleurs la récente réforme du Code minier qui a largement simplifié les procédures [ JDLE]. Elles entendent être désormais systématiquement consultées pour tout nouveau permis qui ne pourrait être accordé sans leur avis conforme.  

 

Mardi, le comité syndical du parc naturel du Luberon s'était opposé à une demande de permis de recherche à des fins de prospection de gaz de schiste déposée en janvier auprès du ministère de l'écologie par une société suédoise. Déposée par Tethys Oil Company, cette demande de permis d'exploration porte «sur une zone de 870 km 2 englobant toutes les communes de la partie occidentale du parc situées à l'ouest d'une ligne allant de Cadenet à Rustrel» dans le Vaucluse, selon l'organe de décision du parc naturel du Luberon.

 

Dans une motion, le comité syndical du parc demande que ne soit pas donné suite à cette demande de Tethys Oil Company, ou à toute autre qui pourrait être déposée, et que la Commission nationale du débat public (CNDP) soit saisie «afin qu'un débat collectif et politique ait lieu sur la reconversion énergétique de notre société».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus