Les régions ont des directions de l’environnement

Le 25 janvier 2006 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Notre «dossier» régions se poursuit sur l'aspect organisationnel. La plupart des conseils régionaux ont opté pour la création d'une direction de l'environnement ou du développement durable. Pourtant quelques unes ont fait le choix de la transversalité avec des surprises au niveau des effectifs…

Presque tous les conseils régionaux disposent aujourd'hui d'une direction du développement durable ou d'une direction de l'environnement. Même s'il s'agit d'une minorité, certaines sont assez restreintes ne comptant que 4 personnes comme en Auvergne, soit 2% de l'effectif total ou 5 en Basse-Normandie, qui doit bientôt recruter quelques personnes en plus. La Bourgogne, la France-Comté ou la Haute-Normandie compte au moins 6 personnes, dépassant alors les 2% de l'effectif total. La Franche-Comté dispose pour sa part d'une direction environnement, eau et énergie. Il ne s'agit pas pour autant de petites régions puisque la Haute-Normandie compte d'importants pôles industriels qui posent des problèmes de pic de pollution atmosphérique. D'autres régions ont affecté plus de personnel aux thématiques environnementales comme la direction de l'environnement du Centre qui compte 11 personnes. C'est ce même effectif que pourrait compter la future direction de l'environnement de la Picardie qui compte actuellement 11 personnes en charge des questions environnementales au sein des autres directions du conseil régional. Elles sont 15 en région Lorraine, 20 en Midi-Pyrénées et 22 encore en Bretagne soit 5% des effectifs totaux. Certaines directions ne sont pas uniquement dédiées à l'environnement et fédèrent d'autres domaines faisant ainsi de l'environnement un secteur transversal, c'est le cas de la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur qui est en passe de créer une direction de l'environnement, du développement durable et de l'agriculture. En Poitou-Charentes, la direction en charge de l'environnement regroupe également les secteurs de l'agriculture, de l'eau et du tourisme, comptant 22 personnes, soit 5,6% de l'effectif.

Dans d'autres conseils régionaux, il n'existe pas à proprement parler de direction de l'environnement ou du développement durable. Ces questions sont alors disséminées au sein des différentes directions concernées avec parfois un service de l'environnement transversal. En Alsace, elles sont partagées entre les services techniques chargés des lycées, la direction de l'animation et de l'aménagement des territoires, qui comptent les parcs naturels régionaux ou les chartes de pays, la direction de la recherche, celle des transports et des déplacements et enfin la direction des services intérieurs. De même en Aquitaine, l'environnement est le sujet de 3 directions différentes: le service technologies de l'environnement et développement durable, la direction tourisme, patrimoine et espaces naturels et la direction de l'agriculture. Est-ce à dire pour autant que ces régions agissent moins en faveur de l'environnement? Elles n'envisagent peut-être pas l'environnement en tant que stratégie globale, mais paradoxalement, elles annoncent davantage de personnel en charge des questions environnementales. Ainsi en Alsace, ce sont 13 personnes qui travaillent sur le sujet soit plus de 3% de l'effectif. En Aquitaine, les 3 directions réunies recensent au total 18 personnes dédiées à l'environnement. Pour la direction agriculture-agroalimentaire, le conseil régional souligne même que ce sont 25 à 30% des effectifs qui sont affectés sur les dossiers environnementaux. Le Nord-Pas-de-Calais déclare pour sa part que son service «ingénierie et animation du développement durable», basé à la direction de la prospective du Plan et de l'évaluation comprend 49 personnes, soit près de 4% de l'effectif. Même si le débat sur la pertinence d'une direction de l'environnement dans les conseils régionaux, qui aurait moins de pouvoirs qu'une grande structure avec l'agriculture ou le tourisme n'est pas clos, la plupart des régions françaises semble avoir opté pour le premier choix.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus