Les régions européennes veulent améliorer la gestion de l’eau

Le 04 juillet 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les collectivités locales et régionales doivent intervenir dans le cadre des plans de gestion des bassins hydrographiques et de la gestion commune des ressources en eau, afin d'en assurer la programmation, le fonctionnement et le contrôle. C’est ce qu’estime le Comité des régions de l’Union européenne (CdR) dans un avis adopté le 30 juin dernier.
 
Il est temps de prendre des mesures «audacieuses», si l’Europe ne veut pas risquer de perdre la bataille du changement climatique et se trouver confrontée à un danger croissant de sécheresses et d'inondations, peut-on lire dans un communiqué du 30 juin.
 
Parmi les propositions du CdR figure l’approche à multiniveaux[1] et transfrontalière de la gestion des bassins hydrographiques. Il s’agit d’ «élargir l'approche de la gestion des bassins hydrographiques en regroupant les responsables de tous les niveaux de gouvernement au-delà des frontières nationales». Plus précisément, de nouvelles dispositions juridiques demandent à chaque État membre de définir des objectifs d'efficacité clairs et précis au niveau des bassins pour chaque secteur d'activité qui dépend de l'eau: domestique, industriel, agricole, piscicole, touristique et hydroélectrique. L'avis propose également de «fusionner les objectifs de l'Union en matière d'efficacité énergétique et d'utilisation rationnelle de l'eau dans les bâtiments et d'adapter les objectifs d'efficacité en fonction des besoins locaux».
 
Nichi Vendola, président de la région des Pouilles et rapporteur de l’avis, propose d'étendre la Convention des maires à l'utilisation rationnelle de l'eau. Initiée en 2006 par la Commission européenne dans sa communication «Plan d'action pour l'efficacité énergétique», la convention des maires a été mise en place en janvier 2008 afin de réaliser un réseau permanent d’échanges et de mise en œuvre de bonnes pratiques en matière d’efficacité énergétique, entre villes européennes pionnières dans ce domaine. Elle a déjà permis à plus de 2 500 collectivités territoriales «d'aller au-delà des objectifs énergétiques fixés pour l'année 2020», souligne le communiqué.
 
L’avis propose donc de fixer pour 2020 des objectifs similaires à ceux en vigueur pour la consommation d'énergie, soit une augmentation de 20% des économies d'eau dans tous les secteurs d'utilisation, une augmentation de 20% du nombre de cours d'eau faisant l'objet de renaturalisation (en vue notamment de l'amélioration de leur sécurité hydrologique), ainsi qu’une augmentation de 20% du volume d'eau actuellement réutilisée et/ou recyclée dans le cadre des activités agricoles et industrielles.
 
La Commission européenne doit proposer un programme destiné à sauvegarder les eaux européennes dans le courant de l'année 2012.


[1] collectivités locales et régionales et autorités nationales et européennes


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus