Les ravages d’Irène

Le 29 août 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Il y aura eu, finalement, plus de peur que de mal. Après avoir ravagé les Caraïbes (4 morts), le méga cyclone Irène a frappé la côte est des Etats-Unis, entre samedi et dimanche.
 
Grâce à une préparation sans précédent (2 millions de personnes évacuées préventivement, dont 370.000 à New York), les dégâts sont finalement moindres qu’escomptés.
Certes, 18 personnes ont trouvé la mort dans 6 Etats, les transports publics sont très ralentis et de nombreuses régions sont encore les pieds dans l’eau après les pluies diluviennes qui se sont abattues samedi et dimanche. Mais les élus new-yorkais n’en reviennent toujours pas de n’avoir à déplorer aucune victime dans leur vaste circonscription.
 
Selon une estimation faite, lundi, par le secrétariat américain à l’énergie, ce sont environ 5,4 millions de foyers qui restent dans le noir, après le passage du cyclone. On est très loin de la grande coupure de l’été 2003 qui avait laissé sans courant 45 millions d’Américains et 10 millions de Canadiens.
 
Lundi, les Etats les plus touchés restaient New York (938.000 usagers sans courant) la Virginie (615.000), le Maryland (506.000), la Pennsylvanie (454.000).
 
Encore incapables de planifier leurs travaux, les compagnies d’électricité ont appelé leurs consommateurs à prendre patience. Ce seront les services vitaux (hôpitaux, pompiers, etc.) qui seront les premiers à être reconnectés aux réseaux, ont-elles annoncé.
 
Mais la situation devrait rapidement s’améliorer. Les compagnies new-yorkaises avaient pris la précaution de demander des renforts auprès d’électriciens du Colorado, du Kansas, du Texas, du Mississippi, du Wisconsin, du Michigan, de l’Illinois et de l’Indiana. Et tous ces techniciens étaient pré-positionnés dans «Big Apple» depuis vendredi.
 
Même chose en Virginie, où les électriciens de 6 Etats voisins ont envoyé à Dominion Virginia 5.000 techniciens pour remettre en service les lignes mises à terre par le cyclone.
 
Très affaibli par son passage sur les terres, Irène est devenue une tempête tropicale qui continue de provoquer des dégâts, au Canada. Près de 200.000 Québécois ont dû sortir les bougies. Et les autorités locales ont appelé les Canadiens des régions atlantiques à rester chez eux pendant trois jours.
 
Pendant ce temps, le centre américain des ouragans (NHC, selon l’acronyme anglais) surveille l’évolution de la tempête tropicale Jose, qui se trouvait lundi matin à plus de 300 km au nord-est des Bermudes. Selon les calculs du NHC, cette tempête a de fortes chances de se transformer en cyclone dans les 48 heures.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus