Les rails, consommateurs d’énergie

Le 18 décembre 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Certes, prendre le train permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre, mais l'extraction de la matière première, la construction des rails et la maintenance des infrastructures nécessitent l'utilisation de grandes quantités d'énergie issue de carburants fossiles. C'est ce que l'université suédoise de Linköping montre dans une étude (1).

Si les impacts environnementaux sont estimés en tenant compte du cycle de vie total, donc de l'infrastructure, l'impact environnemental lié au voyage en train peut être supérieur à celui du transport routier.

L'étude concerne Banverket, qui gère le transport ferroviaire suédois. L'analyse de cycle de vie a été basée sur la construction de deux nouvelles voies entre Stockholm et deux de ses banlieues. Sur les 900 tonnes de matériaux utilisés pour construire 6,9 kilomètres de voies, seulement 2% étaient de l'acier. Mais en termes de consommation d'énergie, celui-ci y contribuait à 77%, contre 9% pour le gravier qui lui, représentait 94% des matériaux. 



(1) Life cycle considerations for environmental management of the swedish railway structure




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus